Aller au contenu principal

Au GAEC de La Cour Madame
En bio, la prairie : ça se cultive

Les rendez-vous techniques du CONTRÔLE LAITIER du Calvados

Au GAEC de La Cour Madame à St-Ouen le-Pin (Pays d’Auge), le foin tombe presque du ciel. C’est Christophe Grière, ou son frère Arnaud, qui aux commandes de la griffe perchée à 8mde hauteur déstocke le foin séché en grange pour le faire tomber sur la table d’alimentation des 80 laitières Prim’Holstein. Pas de miracle cependant pour produire la référence de 470 000 litres de lait bio. Pour y parvenir, Christophe et Arnaud ont misé sur l’accompagnement technique (service Expert) du Contrôle Laitier. “Ce que nous avons compris en premier, c’est que la prairie, ça se cultive”, juge le plus expérimenté de nos deux agrobiologistes. “C’est notre principal sujet de conversation”, confirme Pascal Rougier (technicien Contrôle laitier).Un regard extérieur pour corriger le tir
Nous avions besoin d’un regard extérieur pour corriger le tir. C’est-à-dire avoir en face de nous quelqu’un capable de répondre à nos problématiques spécifiques”, insistent Christophe et Arnaud. En système bio, les aléas naturels ont encore plus d’impacts qu’en conventionnel, chaque erreur se paie comptant. Le Contrôle Laitier a donc accompagné cette mutation. 1995 : installation deChristophe qui base son système sur la PHAE (Prime Herbagère agro-environnementale). 1998 : reconversion à l’AB(Agriculture Biologique). 1999 : reprise de 20 ha supplémentaires. 2004 : installation d’Arnaud et investissement en 2007 dans un système de séchage en grange. Aujourd’hui, les objectifs techniques sont clairement établis. D’abord produire tout le quota en visant l’autonomie alimentaire et en s’assurant d’un stock fourrager suffisant pour passer des périodes difficiles. En second lieu : faire progresser la moyenne d’étable (5 500 kg à ce jour) pour diminuer le nombre de vaches. Un challenge qui n’est pas pour déplaire à Pascal Rougier mais qui exige un niveau de connaissances pointu et une capacité d’adaptation aux spécificités de l’agriculture biologique. Un service à la carte en sorte.

Pascal Rougier

 “En Agriculture Biologique, la façon d’aborder le conseil est différente. La sensibilité des éleveurs n’est pas la même. Il faut aborder les différents aspects de la production de façon différente pour mieux comprendre les besoins de chacun. ” Pascal Rougier est le Monsieur AB du Contrôle Laitier. Il visite l’exploitation des frères Grière 4 fois pas an “mais on s’appelle beaucoup plus souvent”, précise-t-il. Des visites préparées où l’on peut évoquer une thématique particulière à la demande de l’adhérent. Quelques fondamentaux sont cependant  incontournables : “un point reproduction, un point quota et un point prairie”, liste Pascal.
25 élevages bio adhèrent aux services du Contrôle laitier dans le Calvados. Il s’agit maintenant d’une véritable  spécialité nécessaire pour accompagner de façon adaptée et efficace ces exploitations pas tout à fait comme les autres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité