Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En direct du producteur sur 36 marchés

Depuis trois ans dans le département de l'Orne, les producteurs de pays se regroupent afin d'organiser des marchés de terroir et ainsi proposer leurs produits en direct aux consommateurs. Premier rendez-vous le 3 avril à Sées.

© SB

Face au succès des deux années précédentes, la Chambre
d'agriculture de l'Orne lance
désormais sa 3e édition des marchés des producteurs de pays. Avec 36 dates, et 65 producteurs participants, cette nouvelle saison promet à nouveau de séduire de nombreux et nouveaux clients. "Ces marchés correspondent à un besoin, à un mode de vie" explique Martine Moulin, présidente de la commission tourisme à la Chambre d'agriculture.

Des marchés étoffés
Des collectivités ou des associations ont fait appel à la Chambre d'agriculture afin de mettre en place des marchés. Pour les lieux existants l'année dernière, certains se développent. D'autres lieux se sont ajoutés cette année. "Nous passons de 17 à 36 marchés" explique Paul Rose, responsable du service Synagro et tourisme. De quoi proposer une offre plus étoffée.

Double objectifs
Ces marchés garantissent des produits en direct, du producteur au consommateur, avec en prime, la possibilité d'échanger avec le producteur fermier ou artisan. Au-delà de la vente de produits, ces marchés répondent à deux objectifs. "Pour la collectivité, cela lui permet de proposer une animation, et pour les producteurs de se faire connaître" note le technicien. "Le marché constitue une belle vitrine locale" poursuit sa collègue, Angélyke Doucet, chargée de mission.

Une diversité de produits
Si la Chambre d'agriculture "recrute les producteurs", elle s'appuie sur deux réseaux d'ores et déjà bien établis, à savoir Bienvenue à la Ferme et Orne terroir. Cette année, huit nouveaux producteurs ont rejoint l'organisation, cela permettant de diversifier l'offre et multiplier les dates. Boissons, produits laitiers, légumes, viandes, volailles, savon, herbe, huile, canard, oie, pain, glace, confiture, miel,.... sont sur les étals en fonction de la saison.
La Communauté urbaine
d'Alençon renouvelle l'opération à cinq reprises, Bagnoles de lO'rne Bretoncelles, Gacé, Juvigny-sous-Andaine, Le Sap et Sées. Il faut ajouter à cette liste Carrouges, Ecouché, Sées et l'Hôtel du département à Alençon. Tous ont des horaires différents, en matinée, en soirée ou tout le long de la journée. C'est en fonction des demandes des collectivités et de la participation des producteurs.
Un circuit court
par excellence
Dans le calendrier des animations, les villes inscrivent désormais ces marchés comme des événements incontournables. "Ces marchés sont l'occasion pour les collectivités de soutenir l'économie locale, créer du lien entre le monde agricole et non agricole, rural et citadin, renforcer l'identité des territoires et faire découvrir leurs richesses à travers des saveurs et des savoir-faire" assure Martine Moulin. Sans aucun doute, ils sont la meilleure réponse au circuit court.
Les consommateurs désireux de traçabilité et transparence, n'ont plus qu'à se déplacer pour faire le plein de produits locaux et de saison.

Animations et restaurations
Le marché est bien souvent adossé à une manifestation ou à des animations. De quoi proposer des ambiances festives et musicales. Des animations sont prévues en ville, des groupes de musiques à d'autres endroits, braderies, brocante, expositions de vieilles voitures ou encore des métiers anciens, sans oublier le feu d'artifice notamment au 14 juillet. La convivialité reste donc de mise pour ces rendez-vous où l'authenticité reste la priorité.

Dates des marchés
Avril
3 : Sées à la ferme du lycée agricole (marché couvert), de 16 h à 19 h 30.
4 : Bretonelles, aux Nouvelles halles couvertes, de 10 h à 14 h.
17 : Alençon à la Halle au blé de 16 h à 20 h.

Mai
2 : Bretoncelles.
24 : Le Sap, Le Grand jardin de 11 h à 21 h.

Juin
6 : Bretoncelles.
14 : Juvigny-sous-Andaine à la Tour de Bonvouloir, de 10 h à 18 h.
19 : Alençon.
27 : Ecouché, face au champ de foire, de 17 h à 23 h.

Juillet
2 : Bagnoles-de-l'Orne, aux halles couvertes près de l'office de tourisme, de 16 h à 20 h.
4 : Bretoncelles.
9 : Bagnoles-de-l'Orne.
10 : Flers, place Saint-Jean, de 19 h à 22 h.
13 : Gacé, place de la mairie et rue du marché aux bestiaux, de 16 h à 23 h.
14 : Sées, à la Chapelle canoniale, de 10 h à 15 h.
16 : Bagnoles-de-l'Orne.
17 : Alençon.
23 : Bagnoles-de-l'Orne.
30 : Bagnoles-de-l'Orne.
31 : Flers.

Août
1er : Bretoncelles.
6 : Bagnoles-de-l'Orne.
13 : Bagnoles-de-l'Orne.
20 : Bagnoles-de-l'Orne.
21 : Flers.
27 : Bagnoles-de-l'Orne.
29 : Carrouges.

Septembre
3 : Bagnoles-de-l'Orne.
5 : Bretoncelles.
10 : Bagnoles-de-l'Orne.
11 : Alençon.
17 : Bagnoles-de-l'Orne.
24 : Bagnoles-de-l'Orne.

Octobre
3 : Bretoncelles.
18 : Alençon à l'hôtel du département de 10 h à 16 h.

Novembre
20 : Alençon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité