Aller au contenu principal

Pierre Hermenier - Président de l’OP Bovins (Organisation de Producteurs) d’AGRIAL
En progression de 1 142 animaux

L’assemblée générale de l’organisation de producteurs bovins d’AGRIAL se tient le mercredi 14 mars à Domfront (61). Un point d’actualité avec Pierre Hermenier, son président, qui insiste sur l’amélioration des performances techniques des ateliers dans les prochaines années.

Au niveau de l’exploitation, il nous faut travailler sur la technique qu’on a trop laissée de côté depuis 20 ans. Nous avons des points de productivité à gagner.
Au niveau de l’exploitation, il nous faut travailler sur la technique qu’on a trop laissée de côté depuis 20 ans. Nous avons des points de productivité à gagner.
© TG
Quel bilan tirez-vous de l’activité 2006 ? L’activité de l’exercice est très bien orientée avec une progression de 1 142 animaux. En jeunes bovins, nous enregistrons une augmentation de 1,8 % et l’activité est stable en gros bovins. La partie élevage, soutenue par la commercialisation de bovins maigres, est elle aussi bien orientée (+ 735 têtes) malgré la tendance toujours négative de l’activité veaux de 8 jours. Quelle est la situation économique des éleveurs ? On peut considérer que 2006 est une bonne année avec cependant un effritement des marges lors du second semestre à cause du prix du maigre, des broutards et des veaux. Le nombre de vaches laitières diminue alors que celui des vaches allaitantes est stable. Il y a donc moins de moules à veaux. Il nous faut travailler sur ce point. Va-t-on vers la création de nouveaux ateliers ? Nos projections, qui tiennent compte du papy-boom, nous indiquent une balance positive de + 3 000 places en 2007. C’est une bonne nouvelle pour nos outils. Un développement qui se fait notamment à travers la ration sèche qui permet une meilleure organisation du travail, une bonne croissance des animaux et une bonne compétitivité. Comment voyez-vous l’avenir à court terme ? Je pense que le prix de la viande ne va plus augmenter. Ce qui est plutôt bon vis-à-vis de la consommation. Par ailleurs, au niveau de l’exploitation, il nous faut travailler sur la technique qu’on a trop laissée de côté depuis 20 ans. Nous avons des points de productivité à gagner. Propos receuillis par Th. Guillemot
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2020, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité