Aller au contenu principal

Energie - Chimie - Matériaux : nouveau défi pour l’agriculture

Les agriculteurs normands s’engagent.

Après le défi de l’autosuffisance alimentaire, l’agriculture est aujourd’hui attendue pour un nouveau défi : diminuer les émissions de gaz à effet de serre, stocker du carbone, réduire la dépendance aux énergies et matériaux d’origine fossile et accélérer la croissance verte.

De nouveaux marchés

Le développement des bioproduits est considéré comme stratégique. Les Etats-Unis, par exemple, ont mis en place le “Bioprefered” : les collectivités doivent privilégier le recours aux bioproduits dans leurs marchés publics. En France, la loi de transition énergétique réaffirme des ambitions pour les agro-ressources. Elle encourage, par exemple, l’utilisation des sacs plastiques biosourcés. Elle prévoit aussi d’augmenter la valeur de la tonne de carbone de 22 € actuellement à 56 € en 2020 et 100 € pour 2030 dans la Taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques (TICPE), taxe dont la biomasse est exonérée puisque le carbone qu’elle contient est renouvelable ! En 2020, la biomasse devrait contribuer pour moitié à l’objectif de 23 % d’énergies renouvelables.De la peinture aux cosmétiques en passant par les isolants, la biomasse est déjà présente dans la vie de tous les jours. Une étude commanditée par l’Ademe en 2014 estime que les volumes de productions devraient croître d’ici 2030 (tableau 1).

L’or vert pour succéder à l’or noir ?

Fournir les agro-ressources nécessaires aux secteurs de l’énergie, de la chimie et des matériaux, constitue une opportunité de consolider les exploitations en diversifiant les débouchés et en créant de la valeur. C’est aussi l’occasion de développer de nouvelles activités agricoles et industrielles dans les territoires, relocaliser des productions et stimuler l’emploi dans les bassins de production.L’agriculture pourra accéder à ces nouveaux marchés sous réserve d’atteindre les exigences de performance attendues par les professionnels et de garantir un approvisionnement régulier en quantité et en qualité : une réalité parfois complexe lorsque l’on travaille avec le vivant et la météo ! Il faudra aussi organiser les réseaux locaux d’une offre compétitive par rapport au marché existant. Par exemple, un bioplastique coûte aujourd’hui de 20 à 200 % plus cher qu’un plastique traditionnel. Pour que les filières se développent localement et que l’or vert succède à l’or noir, il faudra aussi développer leur attractivité au sein de l’exploitation en générant des marges à minima comparables aux productions existantes ou en apportant des plus-values pour les systèmes d’exploitation (atout agro-écologique, organisation du travail…).

La Chambre d'agriculture : un partenaire pour réussir la valorisation des agro-ressources

Les Chambres d’agriculture, mobilisent leurs expertises, au côté de leur partenaire Nov&atech, pour éclairer les décisions des opérateurs économiques et concrétiser les projets de valorisation des agro-ressources : cartographier des productions (pailles, menues pailles, bois bocager, fumier et lisiers…) et préciser les conditions de mobilisation, connaître le potentiel des biomasses (rendement / coût) et leurs atouts environnementaux, mettre en place des expérimentations pour adapter la production aux exigences des filières (ex : chanvre textile, chenevis alimentaire), établir des scenarii logistiques ou encore conduire des projets collaboratifs (ex : montage du Pôle d’excellence rurale “Création d’une filière de valorisation du chanvre”, projet méthanisation) …

L’agriculture normande, actrice de l’économie verte

L’agriculture normande est déjà positionnée sur les marchés croissants de l’économie verte : lin textile et chanvre, diester et éthanol, amidon, miscanthus, huiles essentielles… Avec plus de 40 000 ha de lin, la Normandie est la première région productrice de lin en Europe. 10 entreprises y défi-brent le lin. Parmi les valorisations les plus novatrices, le lin entre désormais dans la constitution des automobiles (aillons arrière, portière, plafonnier) ou encore de matériaux de sport (raquette, coque de bateau…). Les composites proposés par 5 entreprises normandes (Dehondt, LINEO, Ecotechnilin, Terre de Lin, Depestele) sont notamment appréciés pour leur légèreté qui permet de diminuer les consommations des automobiles, leur pouvoir isolant thermique et phonique, leur résistance au choc et leur capacité à amortir des vibrations, leur renouvelabilité et leur bilan carbone faible. Deux unités défibrent désormais le chanvre en Normandie, la Coopérative de teillage de lin du Neubourg (27) et Agrochanvre (50).La Normandie accueille la plus grande unité au monde de production de Diester et une unité de production d’éthanol et d’amidon (sociétés Diester Industrie et Terreos).La région tient également la première place pour la production de colza érucique en France, avec 13 000 ha soit plus des deux tiers de la production nationale. Le colza érucique, collecté par l’union de coopérative Pollen, répond au besoin des industries en tant que lubrifiant et base pour l’industrie chimique (solvants, détergents, plastifiants, tensioactifs, adoucisseurs textiles, produits cosmétiques, adjuvants). On trouve également en Normandie 250 hectares de miscanthus pour le paillage et l’énergie (UCDV et Gralimis), 200 hectares de thym, monarde, menthe… transformés en huiles essentielles destinées aux industries pharmaceutiques, parfumeries, industries cosmétiques et utilisateurs d’arômes alimentaires naturels (Normandie Arômes).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Le nouveau bureau de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a été élu. Il est présidé par Yohann Barbe, producteur dans les Vosges.
Ludovic Blin et Benoit Gavelle, deux Normands dans le bureau de la FNPL
Depuis le 9 avril 2024, en succédant à Thierry Roquefeuil, Yohann Barbe devient le nouveau président de la FNPL (Fédération…
Publicité