Aller au contenu principal
Font Size

Crise sanitaire
Entraide entre éleveurs laitiers et producteurs de pommes de terre

La période actuelle de crise sanitaire, entrainée par la propagation du Covid-19, a entrainé une réorientation complète des débouchés pour les produits alimentaires, et de ce fait un retournement brusque des marchés.

CHAMP PLANTATION DE POMMES DE TERRE
© DR

Nombre de filières agricoles ont été déstabilisées par ces changements soudains, et les filières lait et pommes de terre n’ont pas échappé au mouvement général.
Dans ce contexte, un partenariat entre producteurs de pommes de terre et éleveurs laitiers peut être une solution afin de permettre aux premiers d’écouler leurs éventuels surplus de production, et aux seconds de compléter la ration alimentaire de leur cheptel.  Afin de recenser les disponibilités en pommes de terre et de répondre aux besoins des éleveurs laitiers, nous invitons les producteurs de pommes de terre de la Région à se faire connaître auprès de la FRSEA de Normandie s’ils souhaitent participer à ce dispositif d’entraide locale.
Vous êtes producteur de pommes de terre, vous avez un surplus de production (en dehors de votre volume contractuel convenu avec votre acheteur habituel), vous acceptez de vendre votre surplus aux éleveurs laitiers de votre région, prenez contact avec la FRSEA de Normandie : par mail :  section.lait@frsea@normandie.fr ou tél. au 06 07 48 61 69.

 

Parole d’éleveur

Nicolas Romain, éleveur laitier associé au sein du GAEC de la Ferme des Moulins à Bourneville Sainte Croix, dans l’Eure, utilise les pommes de terre dans l’alimentation de son cheptel. Témoignage.

>> Nicolas, vous avez 200 animaux laitiers sur votre exploitation, quel est votre besoin habituel en pommes de terre et comment les intégrez-vous dans votre ration ?
Habituellement nous utilisons les pommes de terre dans la ration de façon exceptionnelle quand il n’y a plus de stock en céréales, en effet la complémentation énergétique se fait en temps normal avec de l’orge aplatie produite sur l’exploitation. L’introduction se fait simplement en mettant les pommes de terre dans le bol mélangeur à raison de 6 kg bruts par vache.

>> Quel est l’intérêt de la pomme de terre dans la ration ?
La pomme de terre est riche en amidon, c’est une source d’énergie très intéressante. De plus, c’est un apport « encombrant » qui se substitue bien aux fourrages si besoin.

>> Dans le contexte de crise du Covid, ce besoin a-t-il évolué ?
Le besoin en soit n’a pas évolué c’est l’opportunité qui s’est présentée pour nous avec des stocks qui ne peuvent pas s’écouler dans les filières habituelles pour les producteurs. Les quantités importantes disponibles nous permettent d’avoir un rapport qualité/prix intéressant pour notre ration.

>> Habituellement, comment vous approvisionnez vous ? Avez-vous pu trouver des producteurs de pommes de terre proches de chez vous pour répondre à votre demande ?
Je passe par un négociant habituellement mais cette année j’ai été contacté directement par des producteurs de notre réseau.

>> Selon vous, comment pouvons-nous aller plus loin pour favoriser l’entraide entre éleveurs laitiers et producteurs de pommes de terre ?
Il faudrait faciliter la mise en relation entre éleveurs et producteurs localement et surtout bien communiquer tant au niveau des éleveurs laitiers que des producteurs de pommes de terre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité