Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Chambre d’agriculture
Environnement : les contraintes s’accumulent, la ras-le-bol aussi

Réunis en session Chambre d’agriculture, les élus ont longuement abordé les problématiques environnementales. Au programme : réforme des zones vulnérables ou périmètres de captages d’eau.

L’Orne est également concerné concerné par les périmètres de protection des points de captages, notamment autour d’Argentan et d’Alençon.
L’Orne est également concerné concerné par les périmètres de protection des points de captages, notamment autour d’Argentan et d’Alençon.
© VM
Nous faisons une indigestion quand on observe toutes les formes de contrainte imposées. C’est l’expression d’un ras-le-bol. En environnement, certains ne font rien et parlent beaucoup. Dans le monde agricole, c’est l’inverse. Peu de catégories socio-professionnelles en ont fait autant. Nous devrions être félicités. C’est lourd, c’est pesant”, clame Olivier Borel, président de la FDSEA 61. En session, la Chambre d’agriculture a ouvert le houleux dossier eau avec les représentants des pouvoirs publics. L’Orne est à cheval sur deux bassin versants : Seine-Normandie d’un côté et Loire-Bretagne de l’autre. Le Perche Ornais devrait ainsi être prochainement classé en zone vulnérable.

Des périmètres
qui inquiètent
Dans le département, se dessinent également de futurs périmètres de protection de captages d’eau. L’agence régionale de santé tente de rassurer le monde agricole : “les périmètres immédiats représentent 1 000 à 2 000 m2 en moyenne acquis par les collectivités”. Jean-Luc Delaunay se méfie. Si le responsable environnement de la Chambre environnement accepte l’expertise des hydrogéologues dans le domaine de l’eau, il dénonce leurs compétences agronomiques. “On ne peut pas donner une compétence à une personne qui ne l’a pas. Sur l’eau, je n’ai rien à redire. Cependant, l’Agence Régionale de Santé et les hydrogéologues ne disposent pas de compétences agronomiques. C’est une faille, d’où la surenchère de prescriptions. L’indemnisation ne tient plus la route”.

“Nous ferons
du syndicalisme”
La FDSEA 61 risque de durcir le ton.  Olivier Borel l’a annoncé : “nous ferons du syndicalisme. Nous serons présents aux enquêtes publiques. Nous irons sur le terrain juridique. Nous ne contesterons pas les décisions cohérentes, mais nous ne laisserons pas les pouvoirs publics se cacher derrière le principe de précaution”. Régis Chevalier, ex-président de la Chambre d’agriculture s’interroge également sur cette surenchère-environnementale. “Dans les pratiques quotidiennes, que préconise-t-on ? L’agence de l’eau dit “oui” au compost, mais pour les gaz à effet de serre, c’est une catastrophe. On nous dit de garder les haies, mais ne brûlez pas le bois. Et on nous dit de garder les prairies mais de réduire le nombre de bovins !”.

Safer : Le droit de préemption est renouvelé

La Safer réalise une centaine de préemptions sur les trois départements bas-normands. “Nos outils de régulation nous permettent de limiter les prix du foncier. La valeur de nos terres est parmi les plus faibles d’Europe. Continuons à assurer cette transparence du marché foncier”, note Jean-Louis Belloche, président de la Chambre d’agriculture de l’Orne. Si la Confédération Paysanne semble favorable au droit de préemption, ses représentants ont choisi de ne pas répondre à la question. Le syndicat s’est abstenu. “Nous demanderions plutôt davantage de préemption. Mais, nous dénonçons le manque de pluralisme de la Safer”. La Coordination Rurale a, elle, voté contre le renouvellement du droit de préemption et dénoncé “les grandes exploitations qui créent des sociétés pour passer outre la Safer”. Sur ce dernier point, tous les syndicats se montrent unanimes.
Jean-Pierre Fontaine, président de la Safer, a profité du vote pour rappeler le principe du droit de péremption. “Quand A vend à B, C, D ou E peuvent bénéficier du droit de préemption”. Le pouvoir de décision revient à l’administration via les commissaires du gouvernement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité