Aller au contenu principal

Épandage : les disques avec enfouisseurs « ouvrent le sol »

Une ETA, à la lisière de l’Orne, du Calvados et de la Manche vient d’investir dans une tonne à lisier avec enfouisseurs à disques sur prairie. Retour d’expérience.

Gérard Aumont, patron d’une entreprise de travaux agricoles à Bernières-le-Patry (14), a reçu sa toute nouvelle tonne à lisier avec enfouisseur à disques sur prairie. Capacité : 21 m3. Dès réception, il teste le matériel chez Antonin Olivier, éleveur à Lassy. Temps de remplissage : 3 à 4 minutes. « Je remplis la tonne à lisier uniquement grâce à l’accélérateur du tracteur. Je n’ai pas besoin d’actionner le compresseur », se réjouit Gérard Aumont.
Puis, direction la parcelle. Vingt disques, répartis sur une largeur de 6 m, creusent des sillons de 2 à 3 cm de profondeur dans la prairie, « ils ouvrent le sol ». Le lisier sort par les tuyaux, collés aux disques, et est projeté directement à la racine de l’herbe. L’entrepreneur vide la cuve en cinq minutes. Une jauge externe lui permet de connaître le niveau de lisier restant. « J’épands 40 m3/ha. » La tonne à lisier est tractée par un tracteur de 300 CV.

Moins d’odeurs
Gérard Aumont a commandé le matériel il y a un an et répond à une demande de ses clients. « Certains de mes agriculteurs sont entourés de maisons. Avec cette nouvelle tonne, je suis moins contraint à proximité des habitations, car il y a beaucoup moins de pertes d’ammoniac dans l’air et donc d’odeurs. Au printemps, les animaux peuvent pâturer la prairie dix jours après mon passage, les odeurs ont disparu et le champ est appétant. »

Meilleure fertilisation
Le rendement en fertilisation devrait aussi être meilleur. « Lorsque le lisier est directement enfoui dans le sol, l’absorption des éléments fertilisants par les plantes est meilleure, confirme Jean Sébastien, conseiller d’exploitation Agrial d’Antonin Olivier. Le lisier met du temps à se dégrader, il faut un sol qui travaille pour que les éléments soient assimilables. L’azote contenu dans le lisier est majoritairement sous forme d’urée très volatile. Comme l’azote liquide. Il se perd facilement dans l’atmosphère. L’enfouisseur permet de diminuer ces pertes ammoniacales. » S’il existe des enfouisseurs à dents, qui grattent le sol, « ceux à disques sont plus rares, assure Jean Sébastien. Et ils ont l’avantage d’aller sur les prairies ». Gérard Aumont espère ainsi gagner de nouveaux clients grâce à son investissement, dont le coût est de 120 000 €.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
VIDEO. L’opération recyclage de pneus est sur les rails
Depuis mardi 16 et jusqu’à lundi 29 mars, la FDSEA organise une collecte de pneus usagés. Grâce à l’aide financière et matérielle…
Le premier télesco de Camacuma livré en Basse-Normandie
Vendredi 19 mars 2021, Anthony Bayet, président de la Cuma des Salers, à Cricqueville-en-Auge (14), recevait le premier…
Publicité