Aller au contenu principal

Compost
Epandage : une fertilisation rendue racine !

Après l’avoir testé sur leurs terres pendant 6 années. Antoine et Marc Bunel vendent, transportent et épandent du compost. Forts de ce succès, le père et le fils ont créé une Entreprise de Travaux Agricoles. L’équipement a suivi avec un épandeur Fliegl.

Un technicien de Caen la Mer est venu nous acheter des pommes de terre”, explique Antoine Bunel, agriculteur installé à Verson. Le fait semble anodin. Il marque pourtant le début d’une nouvelle activité de l’exploitation. “La communauté d’agglomération nous a proposé de récupérer ses déchets verts. Nous les transformons donc en compost”. Suite à cette rencontre, l’agriculteur acquiert une mélangeuse. Antoine Bunel, associé à son fils Marc, débute  progressivement l’épandage sur leur exploitation. 

Juste de l’azote en plus
En six ans, l’agriculteur estime que ses résultats ont progressé de 10 %. “Nous atteignons aujourd’hui 100 qx en blé et 100 tonnes en betteraves. Le compost est un produit naturel et écologique, avec des apports importants (voir analyse). J’améliore la structure de mes sols et je me contente juste d’apporter de l’azote. Ramené à l’hectare, vous apportez les doses de N, P et K suffisantes comme de l’engrais classique. Sauf que vous ramenez également du calcium ou de la matière organique. Le bénéfice est là”, témoigne Antoine Bunel. Dans ses mélanges, l’entrepreneur exclut catégoriquement les boues de station d’épuration. Histoire de ne nourrir aucun regret dans les années à venir et de proposer un produit “naturel et écologique”.

Une demande
Dans un contexte réglementaire de plus en plus prégnant, l’agriculteur a senti un créneau se dégager. Antoine et Marc Bunel ont donc saisi l’opportunité d’investir. Le rutilant Massey Fergusson 8680 de 350 chevaux tracte un épandeur Fliegl. La machine affiche une capacité de 23 tonnes en benne et 18 tonnes en mode épandeur (lire sous-papier). L’ETA offre une prestation globale, “c’est du rendu racine”, précise-t-il. Au volant, Marc Bunel a épandu 7000 tonnes cette année. Un score honorable pour une première campagne. Le concept se répand, la prestation interpelle les exploitants…


Remonter le taux d’humus
Les analyses préconisent un épandage entre 10 et 20 tonnes par hectare. L’idée a séduit Marc Vandermeersch, installé à Fontenai-le-Marmion. L’agriculteur a choisi d’épandre du compost sur 15 hectares. “J’ai repris des parcelles appauvries. Je cherche à améliorer le taux d’humus. Le fumier hors de prix et peu d’éleveurs l’échangent contre de la paille, je me suis orienté vers le compost. Les Bunel assurent une prestation complète. C’est une solution abordable, qui me fait gagner du temps”, résume l’exploitant. La plupart des clients épandent sur les têtes d’assolement. À titre personnel, les Bunel fertilisent leurs terres tous les ans. “En vitesse de croisière, nous bénéficions ainsi de toutes les étapes de décomposition”. Le cultivateur doit cependant se montrer patient. Antoine Bunel estime que “les effets du compost sont perceptibles dès la 1ère année et effectifs 6 ou 7 ans”.

 

Analyse compost

 

- Matière Organique (MO) : 36 %
-Calcium total (CaO) : 3,4 %
-Azote total : (N) : 1,35 %
-Azote organique (N) : 1,2 %
-C/N total (avec C= MO/2) : 13,6
pH eau : 7,2
-Anhydride phosphorique total (P2O5) : 0,5 %
-Oxyde de potassium total (K2O) : 1 %
-Oxyde de magnésium (MgO) : 0,33 %
-Anhydride sulfurique : 0,37 %

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité