Aller au contenu principal
Font Size

Et si les attentes de la société devenaient une chance pour l’élevage ?

Le 13 juin prochain, vous avez rendez-vous aux Prairiales du Pin dans l’Orne ! Outre les échanges techniques, un temps fort de débat sur les attentes de la société et les enjeux pour l’élevage vous sera proposé. Belle occasion pour un tour de pistes sur cette problématique et sur les multiples services rendus par l’élevage!

La conférence « Et si les attentes de la société devenaient une chance pour l’élevage ? » aura lieu le 13 juin prochain, à l’INRA du Pin, à partir de 14h30.
La conférence « Et si les attentes de la société devenaient une chance pour l’élevage ? » aura lieu le 13 juin prochain, à l’INRA du Pin, à partir de 14h30.
© CB

Le champ de la controverse !
Entre inquiétudes, intérêt pour l’élevage et empathie envers les éleveurs, les citoyens-consommateurs sont partagés. Mais que connaissent-ils de l’élevage ? Un sondage d’opinion, avec l’iFop, en juin 2016, auprès d’un échantillon de 2 000 citoyens représentatifs de la population française (source Projet ACCEPT) indique que 57% reconnaissent mal connaître l’élevage. Pourtant, ils expriment des insatisfactions nombreuses : 52% d’entre eux se déclarent insatisfaits du respect de l’environnement par les éleveurs, 59% sur les conditions de vie des animaux d’élevage et 60% considèrent qu’offrir un accès au plein air de tous les animaux est une priorité !

Quatre registres d’inquiétude autour de l’élevage
Au premier rang des incertitudes se trouve l’impact de l’élevage sur l’environnement notamment au travers de la qualité et des ressources en eau, du climat, de la nourriture des animaux et plus localement de nuisances telles que les odeurs et le bruit.
S’expriment ensuite des incertitudes sur les conditions de vie des animaux, leur logement, leur accès au pâturage et leur confort en bâtiment. D’autres questionnements entourent certaines pratiques autour de la prise en charge de la douleur. Depuis peu, c’est la légitimité même de l’exploitation animale par l’humain qui est questionnée par certains.
D’autre part, les risques d’antibiorésistance en médecine humaine et les différentes crises sanitaires des 20 dernières années ont introduit un doute dans la sécurité sanitaire des élevages et des aliments. Plus largement, l’impact sur la santé de la consommation de produits animaux est maintenant débattu notamment avec l’augmentation des risques de cancers ou de maladies cardiovasculaires en cas de consommation excessive. Certains modes d’élevage, jugés « industriels » sont spécifiquement interrogés, car ils cumulent des désaccords éthiques et économiques. La répartition géographique des élevages est également contestée, notamment pour des raisons écologiques.

De multiples services rendus méconnus !

Autant d’arguments difficiles à entendre/comprendre quand on connait la réalité d’une très grande majorité d’élevages, les multiples efforts faits au quotidien pour garantir la bonne santé, le respect de l’environnement, des animaux et des consommateurs.
Pourtant, outre les bonnes pratiques, les services rendus par l’élevage sont multiples et trop souvent méconnus : la conservation d’un fort lien au sol, une grande autonomie, une valorisation de l’herbe importante, des relations étroites entre cultures et élevage, le recyclage des effluents produits sur la ferme. Les éleveurs entretiennent une diversité de paysages ouverts propres à chaque région et sont à l’origine d’un patrimoine culinaire et bâti. Ils maintiennent des surfaces en herbe, permettant le stockage de carbone et favorisant la biodiversité.
Les éleveurs sont acteurs de la protection de l’environnement. Ils respectent un ensemble de normes européennes et nationales. Ils concourent à la préservation de la bonne qualité de l’eau (plan de mise aux normes, périmètre de captage, moindre usage de phytosanitaires…). Certaines pratiques sont sans doute encore à améliorer, mais cela suppose des moyens notamment financiers dans l’accompagnement des éleveurs ainsi qu’un renforcement autour de la formation.

Vers une communication active et positive
Face à ces différents enjeux et aux réalités, il y a donc nécessité et urgence à renouer une communication. Certains agriculteurs l’ont bien compris. Antoine Thibault, agriculteur normand, s’est engagé déjà depuis quelques années dans cette communication positive via internet (Agriskippy). Il sera présent, le 13 juin, lors de ce débat pour échanger avec tous !
Alors ne manquez pas cette conférence « Et si les attentes de la société devenaient une chance pour l’élevage ? », le 13 juin prochain, à l’INRA du Pin, à partir de 14h30 !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité