Aller au contenu principal

ETA Philippe Maurice : 153 000 € d’investissement

L’ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) Philippe Maurice de Maltot (14) a investit 153 000 € dans la panoplie du parfait bâcheur-débâcheur. “Faut pas se louper”, admet son gérant.

Dans la cour de PhilippeMaurice, 13 caissons verts chargés de 300 tubes en acier sur lesquels est enroulée la bâche géotextile. Elle servira à couvrir les silos de betteraves dès que la sucrerie donnera le top départ. Sous son hangar, un porte-caisson et une bâcheuse achetée l’an dernier.

Objectif : 100 000 t/an
Un investissement total de 153 000 € auquel il convient d’ajouter la location d’un tracteur (équipé en roues larges pour éviter les ornières) pour la campagne. Le bâchage-débâchage a un prix. Philippe Maurice est un des 4 prestataires de service retenu par la sucrerie St-Louis Sucre de Cagny (14) pour assurer le bâchage-débâchage des silos. La betterave, il la connait jusqu’au bout de la racine. Lui-même planteur, il arrache pour le compte de tiers 400 ha par an au volant de sa Ropa. Il y a 9 ans, il a même investi dans un avaleur avec lequel il charge 300 000 t de betteraves en 106 jours grâce à 3 chauffeurs en 24/24 h. “Un camion toutes les 4 minutes”, s’amuse-t-il. Ainsi, gérer un planning, il sait faire. La clé de voute du système parce qu’il faut bâcher au plus près de l’arrachage et débâcher au plus près de l’enlèvement. Pour se faire la main, il a bâché 60  000 T l’an dernier mais son point d’équilibre financier se situe à 100 000 T. Deux opérateurs sont nécessaires pour mener à bien les chantiers à un rythme de 30 bâches/jour soient 4 000 T de betteraves. Les silos doivent répondre à certaines exigences (silos coniques, pouvoir tourner autour...) d’où l’importance du débardage. Notre entrepreneur a également remarqué que les bâches mouillées se plaquaient mieux. Il a donc anticipé en découvrant au préalable ses caissons.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité