Aller au contenu principal

ETA : toujours en plein essor

La crise agricole n’épargne pas les 21 000 entreprises du territoire de la Fédération nationale des entrepreneurs du territoire (FNEDT).

Lors de l'assemblé générale d'EDT Normandie. Un entrepreneur bien connu sur la place et qui n'est pas un perdreau de l'année. Saurez-vous le reconnaitre ?
Lors de l'assemblé générale d'EDT Normandie. Un entrepreneur bien connu sur la place et qui n'est pas un perdreau de l'année. Saurez-vous le reconnaitre ?
© TG

Les retards de paiement de leurs clients représentent près de 30 % de leurs chiffres d’affaires. Mais l’activité de ces entreprises ne faiblit pas. Les prestations offertes répondent aux demandes des agriculteurs d’avoir accès à des prestations de services de professionnels pour ne pas avoir à acquérir ou à remplacer des matériels agricoles dorénavant trop onéreux, faute de revenu. Résultat, les entreprises du territoire sont toujours plus nombreuses d’année en année (+ 5 % en 2014) et davantage de contrats sont conclus (113 000 en 2014, soit une hausse de 8%)*. Aussi, c’est avec sérénité que les chefs d’entreprises de la FNEDT préparent leur 84ème congrès. Il se tient à Grenoble les 4 et 5 mars avec comme  témoin, Pierre Gattaz, président du Medef. Parmi les difficultés auxquelles les entrepreneurs du territoire font face, certaines sont communes à n’importe quelle autre filière (complexités administratives, mise en place de la prévoyance santé, instauration du compte de pénibilité). Mais d’autres sont spécifiques à leurs activités. Par exemple, la FNEDT déplore l’interdiction de la taille des haies du 1er avril au 31 juillet imposée par la réforme de la PAC ou encore la fin des allègements de charges de travailleurs occasionnels demandeurs d’emploi (TO/DE). Ce qui renchérira le coût du travail de 2 € par heure, selon la FNEDT. « Mais la transformation des versements du CICE en baisse des charges sociales est une bonne nouvelle », a déclaré Gérard Napias, le président.
Sinon, les chefs d’entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers éprouvent toujours autant de difficultés pour recruter de jeunes salariés et surtout pour les fidéliser. Or, cette génération y fait des merveilles aux commandes des machines agricoles, bourrées d’électronique et de technologies de pointe. Aussi, savoir manager ces nouveaux salariés pour les retenir dans les entreprises fait partie des défis à relever.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité