Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

ETA Van Wynsberghe Matthieu : une installation atypique

Entrepreneur de travaux agricoles, Matthieu Van Wynsberghe vient tout juste de monter son entreprise. Originalité, il propose ses services grâce au matériel prêté par son oncle agriculteur.

© TG

llll Le monde des ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) de Normandie comptabilise un nouveau collègue. Matthieu Van Wynsberghe, 26 ans, vient de lancer son entreprise. « Depuis tout petit, il en a usé des sièges de tracteurs », plaisante son oncle, Henri Pomikal, agriculteur à Martragny-sur-l'Ante (14). Matthieu baigne en effet dans le milieu depuis sa plus tendre enfance. « J'aime le matériel, bien sûr, mais aussi l'agronomie, la technique, le suivi de culture », avoue-t-il. Passé par la MFR de Balleroy puis l'IREO de Maltot, ce passionné (notamment de betterave et de lin) a affiné ses connaissances et sa pratique en tant qu'employé dans différentes fermes céréalières du département. Durant la saison, Matthieu pilote pour le compte de la coopérative Linière du Nord de Caen arracheuse et retourneuse.

Comment monter son entreprise ?
A mi-chemin entre la vingtaine et la trentaine, Matthieu a souhaité monter sa propre entreprise de travaux agricoles pour devenir son propre patron. « Mais comment monter une ETA dans une telle conjoncture ? Comment trouver le capital de départ ?», s'est-il interrogé. Et c'est son oncle qui va lui mettre le pied à l'étrier en mettant à sa disposition le matériel de l'exploitation. Semis de betterave, ratissage avec caméra, arrachage avec intégrale, tous travaux linicoles (...), la liste des services possibles et matériels disponibles n'est pas exhaustive mais constitue une bonne base de départ d'autant plus que Matthieu part avec une clientèle de départ grâce au réseau qu'il s'est constitué en tant que chauffeur dans de multiples exploitations. « Matthieu sait et a envie de travailler, assure Henri. Au-delà du matériel, ses connaissances agronomiques et son expérience terrain dans des cultures pointues vont apporter une réelle plus-value. Il sait par exemple parfaitement aborder dans le bon sens une parcelle de lin délicate ». Du matériel partagé au service de compétences personnelles..., Matthieu propose ses services depuis le 1er mars. Vous pouvez le contacter au 06 63 93 86 57.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité