Aller au contenu principal

Eté cagnyculaire

A la suite du refus catégorique de l’allemand Südzucker de négocier l’offre de reprise de l’usine, JA Normandie a bloqué son entrée dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le mot d’ordre est lancé à quelques centaines de mètres de l’usine en pleine assemblée générale de la CGB Calvados, Orne, Sarthe. François-Xavier Hupin, président de JA Calvados, invite les planteurs à les rejoindre dans la mobilisation. Celle-ci aura empêché, jeudi 27 juin matin, une poignée de camions d’entrer dans l’usine et de livrer ou de s’approvisionner. Vers midi, les syndicalistes lèvent le camp.

 

Refus allemand

Le blocage fait suite au refus catégorique du groupe allemand de négocier le plan de reprise de l’usine de Cagny. Rencontrés mardi 26 juin par Patrick Dechaufour, président de CGB Calvados, Orne, Sarthe, Pierre Raye et Franck Sanders, directeur et président de CGB France, les directeurs allemands n’ont laissé aucune ouverture à un possible accord. « Rien n’a réussi à les faire revenir », indique Patrick Dechaufour, regrettant l’extrême inflexibilité des Allemands.

Colère et amertume

Sur le site, où les JA ont invité les médias ce jeudi matin à une conférence de presse, la colère est toujours palpable. Pour Pierre Le Baillif, président de JA Normandie et planteur dans l’Eure, l’action est double : « montrer à Südzucker qu’on ne se laissera pas faire et solliciter un soutien effectif et réel des politiques ».

En chômage technique du fait du blocage du site, les salariés de l’usine rejoignent les agriculteurs. S’ils ont obtenu un Plan social économique avantageux, ils restent solidaires. « Nous avons toujours été ensemble, rappelle Loïc Touzé, délégué syndical FO. Nous sommes à leurs côtés pour qu’ils se battent pour récupérer des compensations. Il faut que Südzucker assume de fermer une usine qui est rentable ».

Les ETA, aussi très touchées par l’arrêt de la production, envisagent tous les recours en justice possibles pour évacuer leur matériel et solder leurs emprunts. Jean-Pierre Delente, entrepreneur à Bourguébus, témoigne également de son amertume : sur ses dix salariés permanents, il a estimé à six le nombre de postes en danger, « nous avons des salariés, et il n’y a pas de PSE prévu pour eux… »

Sans recours possible, tous promettent « de l’action »…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA de Normandie
La FRSEA de Normandie a terminé ce lundi 21 septembre le renouvellement de ses instances engagé au printemps dernier.
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Publicité