Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Eté cagnyculaire

A la suite du refus catégorique de l’allemand Südzucker de négocier l’offre de reprise de l’usine, JA Normandie a bloqué son entrée dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le mot d’ordre est lancé à quelques centaines de mètres de l’usine en pleine assemblée générale de la CGB Calvados, Orne, Sarthe. François-Xavier Hupin, président de JA Calvados, invite les planteurs à les rejoindre dans la mobilisation. Celle-ci aura empêché, jeudi 27 juin matin, une poignée de camions d’entrer dans l’usine et de livrer ou de s’approvisionner. Vers midi, les syndicalistes lèvent le camp.

 

Refus allemand

Le blocage fait suite au refus catégorique du groupe allemand de négocier le plan de reprise de l’usine de Cagny. Rencontrés mardi 26 juin par Patrick Dechaufour, président de CGB Calvados, Orne, Sarthe, Pierre Raye et Franck Sanders, directeur et président de CGB France, les directeurs allemands n’ont laissé aucune ouverture à un possible accord. « Rien n’a réussi à les faire revenir », indique Patrick Dechaufour, regrettant l’extrême inflexibilité des Allemands.

Colère et amertume

Sur le site, où les JA ont invité les médias ce jeudi matin à une conférence de presse, la colère est toujours palpable. Pour Pierre Le Baillif, président de JA Normandie et planteur dans l’Eure, l’action est double : « montrer à Südzucker qu’on ne se laissera pas faire et solliciter un soutien effectif et réel des politiques ».

En chômage technique du fait du blocage du site, les salariés de l’usine rejoignent les agriculteurs. S’ils ont obtenu un Plan social économique avantageux, ils restent solidaires. « Nous avons toujours été ensemble, rappelle Loïc Touzé, délégué syndical FO. Nous sommes à leurs côtés pour qu’ils se battent pour récupérer des compensations. Il faut que Südzucker assume de fermer une usine qui est rentable ».

Les ETA, aussi très touchées par l’arrêt de la production, envisagent tous les recours en justice possibles pour évacuer leur matériel et solder leurs emprunts. Jean-Pierre Delente, entrepreneur à Bourguébus, témoigne également de son amertume : sur ses dix salariés permanents, il a estimé à six le nombre de postes en danger, « nous avons des salariés, et il n’y a pas de PSE prévu pour eux… »

Sans recours possible, tous promettent « de l’action »…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité