Aller au contenu principal

FCO, les doses contre le sérotype "1" se font attendre
Etienne Gavard (GDS), "dans le flou absolu"

Nous en sommes à une vaccination... quasiment sans vaccins !” Etienne Gavart, directeur des GDS 50 et 14, reste serein face à une situation difficile. Obligatoire depuis la mi-décembre, le traitement contre la FCO patine dans la choucroute au grand désespoir des éleveurs et des vétérinaires, alors que pour le “8”, il n’y a aucun problème de disponibilité, difficile d’obtenir les doses contre le sérotype “1” qui arrivent au compte-gouttes.

Etienne Gavart, directeur des GDS 50 et 14 “Depuis janvier, plus aucun calendrier ne peut être respecté sur la vaccination FCO”.
Etienne Gavart, directeur des GDS 50 et 14 “Depuis janvier, plus aucun calendrier ne peut être respecté sur la vaccination FCO”.
© EC

Alors que la vaccination est obligatoire (sérotypes 1 et 8) depuis la mi-décembre, les vétos rament dans les campagnes, par manque de doses. “En décembre dernier,  le cahier de vaccinations, au niveau national a été respecté. La France avait 4% des doses contre le sérotype 1. Depuis janvier, plus aucun calendrier ne peut être respecté”, lâche E. Gavart. Sur le terrain bas-normand, les vétérinaires rongent  leur frein. “Ils sont prêts, les tarifs ont été négociés, les documents “supports” sont opérationnels, restent les doses “1” une fois de plus...” En clair, pour le corps vétérinaire, il faut monter sur le front de la FCO sans munitions suffisantes puisque le traitement contre les deux souches est impératif.


(La suite dans votre édition du 29 janvier)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité