Aller au contenu principal

Fièvre aphteuse
Exercice grandeur nature dans la Manche

Lundi dernier, la DSV et le GDS étaient sur le pied de guerre à Carantilly pour tester leur réactivité en cas d’alerte.

 10 h, lundi 1er décembre dans le centre-Manche, entre Saint-lô et Coutances, une équipe de la DSV arrive chez Michel Pacary, éleveur laitier à Carantilly. Une vache dans la stabulation présente des signes apparents de fièvre aphteuse. Le vétérinaire de l’exploitation est averti. C’est lui qui alerte la DSV. Aussitôt tout le dispositif prévu en cas de suspicion est mis en place : Le périmètre est bouclé, l’entrée de l’exploitation interdite à toute personne et un pédiluve installé par l’équipe du GDS. A 12 h, tout est fini, ce n’était qu’un exercice pour tester la réactivité du système et cerner les éventuelles faiblesses de la chaîne d’opération.

Décision sur photos
« Cet exercice grandeur nature vient d’être ordonné par la Préfecture » expliquent les services de la DSV. Dans l’entrée de la stabulation, l’éleveur, Michel Pacary et son épouse, participent aux premières interventions sur la vache déclarée « suspecte ». De nombreux observateurs sont présents. Ils regardent, étudient attentivement tout ce que font les vétérinaires. Première étape, inspecter les aphtes de la bouche, puis prendre des photos avec un téléphone portable. C’est d’ailleurs ici la grande nouveauté. Ces clichés sont envoyés le plus rapidement possible à la cellule de veille de l’AFSSA, installée à Maison-Alfort en région parisienne. Ces photos vont les aider à prendre une décision capitale : Déclencher la suite du dispositif, autrement dit prolonger le blocage total de l’exploitation avec entrée et sortie interdites. Dans le cas de l’exercice de lundi dernier, l’AFSSA a validé la suspicion de fièvre aphteuse, entraînant dans la foulée des prises de sang sur le bovin.
Etienne Gavard, directeur du GDS 50 et 14, estime ce type d’opérations indispensable. « Cela nous permet, à nous GDS, de tester avec nos spécialistes la mise en place du pédiluve et notre rôle dans ce type d’opération ».
Tout s’est déroulé sans anicroche lundi matin ; les problèmes de transmission des photos ont été soulevés, « si nous ne pouvons pas les envoyer par portable, nous avons plusieurs  solutions de rechange, la dernière étant le transport de l’appareil dans un sac scellé, pour éviter les problèmes de contamination, jusqu’à une base d’envoi ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité