Aller au contenu principal

Fabienne Ferey : « une autre vie »

Mercredi 20 mars, la fédération départementale de Groupama était réunie en assemblée générale, à Caen. La présidente, Fabienne Ferey, a passé la main. Portrait d’une vie au service des agriculteurs.

© JP

lll « Je connais bien les horaires de train au départ de Lisieux. Nous sommes à deux heures de Paris, au pied de l’autoroute, au milieu de la Normandie. J’avais le temps de travailler dans le train. C’était facile. Notez-le dans votre article, c’est important de le souligner. » Sous-entendu, faciles les aller-retours entre Paris et la Normandie ? Fabienne Ferey reste humble quand elle parle de son parcours professionnel. Elle a le regard doux, les ongles vernis de rouge. L’ensemble veste rose fuchsia et robe noire qu’elle revêt associe rigueur et bonne humeur, énergie et sobriété. Mercredi 20 mars, elle prend quelques minutes pour retracer sa vie d’engagement, juste avant l’assemblée générale de la fédération départementale de Groupama. Sa dernière en tant que présidente. « Je suis contente de laisser la place. Je vais avoir 65 ans. »
Son histoire syndicale commence il y a quarante ans. En 1979, Fabienne Ferey a 25 ans, elle s’installe avec son mari et entre chez les Jeunes agriculteurs. « Nous avons repris la ferme de mes parents, à Englesqueville-en-Auge, dans le canton de Pont-l’Évêque. À l’époque, nous avions 35 ha, pas de vaches ni de bâtiments.  Nous avons tout créé. » La jeune femme aime « défendre les autres, donner mon ressenti ». Les choses s’enchaînent rapidement : elle devient secrétaire générale JA 14 en 1982 ; présidente JA Normandie la même année ; élue à la chambre départementale puis régionale d’agriculture en 1983 ; administratrice JA nationale en 1984 ; membre du conseil économique et social en 1985. « Ça s’est fait comme ça », s’amuse-t-elle.

Les agricultrices existent
Comme tout bon JA, Fabienne Ferey planche pour faciliter l’installation des jeunes. Mais son cheval de bataille est ailleurs : la création d’un statut pour les femmes mariées au sein des exploitations. Le Gaec associe les personnes extérieures au couple. En individuel, il y a un seul chef d’exploitation. Les épouses, juridiquement, n’existent pas. « Les femmes membres du CNJA avaient souvent travaillé à l’extérieur avant de s’installer. Elles avaient un statut social. » Et veulent de la reconnaissance. « Le plus difficile, dans la profession agricole, est la remise en cause fondamentale des principes de nos aînés. » En 1988, la bataille de l’EARL est gagnée. « J’en suis extrêmement fière. »

Les enfants des autres  et les siens
Fabienne Ferey passe des JA vers la FDSEA, mais c’est avec la MSA qu’elle remonte au créneau. Elle est déléguée communale, puis cantonale. Et se présente comme administratrice nationale en 1990. « Je suis élue à ma grande surprise. À 35 ans et demi, je suis la plus jeune. » Elle s’engage pour les exploitants, les salariés et leurs difficultés. Elle traverse les crises de licenciement, soutient la « difficile croissance des agriculteurs » et « enclenche des choix vers les jeunes ». Par exemple, l’accès pour les enfants d’agriculteurs et de salariés aux vacances et leur scolarisation post bac : l’éloignement entre le foyer et les lieux d’étude représente « un coût énorme». En parlant d’enfants, « j’en ai deux », glisse-t-elle. Quand on lui demande si son emploi du temps est compatible avec la vie de mère de famille, la réponse fuse, sourire en coin : « non ». L’agricultrice se réserve la traite, « tôt le matin et les week-ends. Rarement le soir. J’aime ce moment de calme, les vaches ne trompent pas ». La maman consacre « le samedi à ses enfants ». Et la femme ? « Je suis passée à la trappe, mais je ne regrette rien. »

La machine repart
Son engagement au sein de Groupama débute en 1983, à la caisse locale de Pont-l’Évêque. « Au début, cela me prenait une demi-journée, deux à trois fois par an. Puis les choses ont évolué.» En 1991, elle préside la caisse locale. Dix ans plus tard, le président de la fédération départementale du Calvados tombe malade et lui demande de s’engager davantage. Vincent Denise décède à la fin de l’année. Fabienne Ferey quitte la MSA. Elle est élue présidente de la fédération Groupama du Calvados. « La machine repart. En 2014, je suis administratrice nationale. » Fabienne Ferey apprend à gérer les égos tout au long de ses responsabilités. Elle opte pour la « stratégie humaine, le travail social. J’avais la volonté d’amorcer une philosophie de respect des autres, c’est mon côté mère de famille », plaide celle qui n’attend pas de merci. « Je vais au bout des choses, dans la discrétion. Mon fil conducteur, c’est mon métier, passionnant. »

Merci et bravo
Elle reste à la tête du département jusqu’à ce mercredi 20 mars 2019. L’heure avance, les invités à l’AG de Groupama arrivent. Fabienne Ferey met un terme à notre entretien pour les accueillir. Une dernière fois en tant que présidente. À la fin de l’assemblée générale, les discours s’enchaînent, unanimes. Stéphane Labarrière, son successeur : « c’est plus simple de citer là où tu ne participes pas, plaisante-t-il. En 2017, tu es Chevalier de la Légion d’honneur. Tu as une connaissance des dossiers irréprochable, tu es disponible. Tu nous as fait grandir. Merci et bravo. » Pascal Loiseau, directeur général de Groupama Centre-Manche, souligne son « parcours exceptionnel. À titre personnel, merci pour votre soutien permanent et indéfectible ». Marie-Ange Dubost, présidente de Groupama Centre-Manche salue « l’agricultrice, la porte-parole politique auprès des décideurs régionaux et nationaux, toujours écoutée grâce à son bon sens et sa pugnacité remarquables. Un gros cœur dans une main de fer. Je dis adieu à la présidente, au revoir à une amie ». Et Fabienne Ferey de conclure : « je démarre une autre vie. J’espère qu’elle sera calme, pour oublier le stress. Jacques est là pour me récupérer ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité