Aller au contenu principal

Transmission d’exploitation
Face à la reprise, les candidats veulent créer leur propre entreprise

Lors des Assises normandes de la transmission, jeudi 21 octobre 2021 à Caen, le constat des professionnels était unanime : les candidats à l’installation ont changé. Non issus du milieu agricole, ils veulent créer leur propre structure et pas forcément reprendre une exploitation pour en poursuivre l’activité.

Assises normandes de la transmission
Philippe Deshayes, directeur de l’EPLEFPA Campus métiers nature de Coutances (50) ; Marie-Gabrielle Durand et Jules Hergault, fraîchement installés à Saint-Cormier-des-Landes dans l’Orne, sur 55 ha en vaches Tarines.
© DR
Le dossier complet à lire aussi : Sur le chemin de la transmission en Normandie

 

« Il y a une différence entre les projets des candidats à l’installation, qui ont la volonté de créer une entreprise et la reprise de l’exploitation » souhaitée par le cédant. C’est sur ce constat, formulé par François Rihouet, élu référent installation à la Chambre d’agriculture de Normandie, que démarrent les Assises de la transmission, jeudi 21 octobre à Caen. « Ils recherchent des petites structures, plus souples, moins lourdes, renchérit Loïc Madeline, trésorier de Bio en Normandie, plus axées sur le nourrir que sur la production ». Un état des lieux partagé par le directeur du Campus métiers nature de Coutances, Philippe Deshayes : « le recrutement depuis 20 ans montre une courbe stable, mais le profil a beaucoup changé ». Les Non issus du milieu agricole, Nima dans le jargon, souhaitent majoritairement s’orienter vers le maraîchage bio, voire les petits élevages, « j’ai aussi des demandes pour paysans boulanger et les projets d’installation en association avec des productions complémentaires sont en hausse », relate le directeur. Un problème pour l’avenir des fermes de polyculture-élevage bovin, majoritaires dans la région. « En agriculture biologique, ajoute le trésorier, le couplage sol/animal est important, les animaux permettent de maîtriser les têtes d’assolement ».

Témoignage dans l’Orne

Marie-Gabrielle Durand, titulaire d’un master en sociologie et Jules Hergault, longtemps saisonnier agricole, se sont installés courant octobre à Saint-Cormier-des-Landes (61) : « ça a été compliqué de trouver des terres, parce qu’on cherchait entre 30 et 50 hectares, c’est trop petit ». Finalement, ils trouvent 55 ha pour installer leurs 30 VL Tarines en vue de fabriquer des pâtes pressées type Beaufort. « On choisit la transformation pour maîtriser nos ventes », indique l’éleveuse, « et on fait le pari de s’installer en couple sur une petit surface en valorisant au maximum », complète Jules Hergault. « Comment accompagner ces installations nouvelles ? » questionne Loïc Madeline.

Accès au foncier

Pour aider ces nouveaux profils à l’installation, l’accès au foncier reste une priorité : la Safer est très sollicitée, « chaque conseiller reçoit entre quatre et cinq demandes chaque semaine », souligne Clément Vinsard, lui-même conseiller. Dans le secteur de Caux (76) où il exerce, « on fait face à des entreprises qui cherchent à faire du bénéfice et contournent sans arrêt les institutions et les règles ». Il dénonce cet « accaparement des terres », dans le département, « en 2020, 2 500 hectares sont détenus par quinze personnes ». Selon Michel Lafont, agroéconomiste à la Chambre d’agriculture de Normandie, les collectivités ont un rôle à jouer, « les EPCI peuvent avoir un regard sur la gestion foncière, se soucier de faciliter l’installation », note-t-il. Si des structures comme la Safer ou Terres de liens jouent le rôle d’apporteurs de capitaux pour sécuriser des installations, l’agroéconomiste mise sur « une diversification des instruments financiers » dans la future PAC.

 

Les cédants n’effectuent pas toujours les démarches
Une étude menée conjointement par la Chambre d’agriculture et Bio en Normandie indique qu’une majorité des cédants n’anticipe pas la transmission de son exploitation : « sur les cédants contactés, précise Christine Desmortiers, 60% n’avaient entamé aucune démarche ». Le reflexe est de prévenir la laiterie, « plus rarement, ils s’inscrivent au répertoire départ installation (RDI) ». « La bonne nouvelle, c’est qu’une majorité d’entre eux voient peu de freins à leur transmission », ajoute Claire Boudeau-Blanchard. Parmi ces blocages : le changement de production envisagé par les repreneurs, que le projet ne passe pas auprès des banques ou que les propriétaires refusent de louer les terres. La maison d’habitation « peut être un problème dans les deux sens », relève la coordinatrice, certains veulent s’installer en famille et ont besoin d’un logement, d’autres, en association, n’en veulent pas.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
FDSEA 50, conférence de presse
La souveraineté alimentaire prend du plomb dans l’aile
La FDSEA de la Manche ne veut pas jouer les oiseaux de mauvais augure mais prévient déjà que, pour certains produits comme la…
Publicité