Aller au contenu principal

Faire appel à un entrepreneur : « c’est un investissement »

Le 87 e congrès des Entrepreneurs des Territoires (EDT) se déroulera du 31 janvier au 2 février 2019, à Deauville (Calvados). L’évènement sera axé sur les nouvelles technologies ainsi que les nouveaux services et conseils. Explications de Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie et organisateur de la manifestation.

© VM

>> Lors de votre congrès, vous aborderez les nouvelles solutions apportées par vos entreprises. Quelles sont les pistes de réflexion ?
Nous travaillerons sur le rôle des entreprises de travaux agricoles avec l’agriculteur. Les pratiques agronomiques changent. Mais, les innovations doivent rester rentables. Nous nous interrogeons donc sur la valorisation de l’agriculture de précision auprès de nos clients.  Constructeur, start-up, entrepreneur et représentants des producteurs participeront.

>> Dans un contexte d’optimisation des coûts, comment la relation des agriculteurs avec leur entrepreneur évolue-t-elle ?
Nous sommes dans un monde économique où tous les acteurs optimisent leurs coûts. La volonté de contractualiser entre l’agriculteur et l’entrepreneur se développe.  L’exploitant agricole souhaite savoir où il va à court et moyen terme. « L’agrément phyto » pousse certains à déléguer l’ensemble de leurs traitements.
Contractualiser les activités s’avère une solution pertinente. Les entrepreneurs n’ont pas d’intérêt à aller contre. Quand nous achetons une machine à 400 000 euros, nous avons besoin de savoir si nous pouvons compter sur nos clients. La contractualisation ne comporte pas uniquement l’aspect tarifaire, même s’il est bordé pour plusieurs années.  C’est un engagement réciproque. EDT est là pour accompagner les entrepreneurs pour constituer des contrats.

>> Les exploitations agricoles se restructurent et s’agrandissent. Est-ce une crainte pour les entrepreneurs de travaux agricoles ?
Notre force, c’est la partie humaine. Nous avons des salariés formés. Le matériel agricole devient très technique et impose un réel savoir-faire pour valoriser le potentiel des machines.
De plus en plus d’agriculteurs choisissent ainsi de déléguer leurs travaux. Même si une grosse exploitation a la possibilité d’investir, elle sera limitée par le facteur humain. Faire appel à un entrepreneur est un investissement, pas une charge.

>> En quoi les sujets défendus par la Fédération des EDT peuvent-ils toucher les agriculteurs dans leur quotidien ?
Même si nous ne répercutons pas toutes les charges, un surcoût imposé à une entreprise impacte forcément notre clientèle agricole. Quand on s’oppose à une taxe sur les carburants, les agriculteurs en bénéficient. Nous défendons donc aussi l’intérêt de nos clients.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité