Aller au contenu principal

Faire découvrir le métier au jeune apprenti

Depuis le mois septembre, Fabien Féret, de l'EARL Ferme du Fresne à Echauffour, a accueilli sur son exploitation un apprenti, Dylan Vallée. Ce dernier suit une formation de Bac pro CGEA. Rencontre avec le maître d'apprentissage et du jeune apprenti.

© SB

A 27 ans, Fabien Féret connaît l'exploitation familiale sur le bout des doigts. "Je suis né dedans" confie-t-il. Très jeune, il savait vers quel métier il voulait aller. Intégrer la structure familiale était une évidence. Le BEP puis le Bac pro en poche, il a rapidement rejoint ses parents à l'EARL Ferme du Fresne à Echauffour, une ferme de vaches allaitantes, 204 Blondes d'Aquitaine et une surface de 274 ha. Au total, ce sont plus de 600 animaux qui sont comptabilisés sur l'exploitation.

Une démarche qualité
Le travail ne manque pas au Fresne, d'autant plus que la famille Féret est aux petits soins du cheptel. Elle a décidé de
s'inscrire dans la démarche "Bleu blanc coeur", une démarche qui vise à fournir une alimentation diversifiée, équilibrée pour une meilleure santé et ainsi fournir des produits de qualité et savoureux. "Quand les animaux sont bien nourris, l'homme se porte mieux" relève la maman de Fabien. Blé, maïs, orge, luzerne sont cultivés sur 70 ha environ, le reste étant en prairie naturelle. "Pour les animaux qui sont destinés à l'engraissement, nous ne leur donnons pas d'ensilage. Nous préconisons davantage la luzerne. La viande n'est pas la même" reconnaît Fabien. De même que le tourteau est donné à la main aux broutards "pour avoir le contact avec eux" explique le jeune agriculteur. "C'est une race qui demande à la fois du confort, de la nourriture et du contact" note la maman. Et si la famille Féret s'implique autant, c'est pour essayer de valoriser au mieux les animaux, chose qui n'est pas toujours évidente.
Montrer le métier
Leur manière de travailler demande beaucoup d'investissement, et notamment humain. Aux côtés du couple et du fils Féret, un salarié apporte son aide. Il a fait son apprentissage au sein de cette exploitation, et il y est toujours. Depuis septembre, la ferme compte un nouvel apprenti, Dylan Vallée, âgé de 15 ans et originaire de Planches. "C'est l'occasion pour moi de lui montrer le métier" concède Fabien. N'ayant pas 16 ans, il ne peut pas conduire de matériel, la réglementation l'impose. Mais pas question pour le maître d'apprentissage de laisser l'apprenti de côté. "Il m'a accompagné au fauchage, au fanage puisqu'on a eu une belle arrière-saison" se rappelle Fabien Féret.

Pas issu du milieu
Du haut de ses 15 ans et quelques mois, Dylan a toujours voulu se diriger vers un métier agricole. Pourtant, rien ne le prédestinait puisque ses parents ne sont pas issus du milieu, ni aucun membre de sa famille. "Mon père est maçon et ma mère aide à domicile" confie le jeune apprenti. Pour autant, il n'a jamais changé d'avis depuis son plus jeune âge. La voie de l'apprentissage devenait une évidence pour celui qui dit ne pas "trop aimer les études". Certes, trouver un maître d'apprentissage n'a pas été facile. Mais Dylan a réussi à trouver un lieu et surtout un élevage qui lui convient. "Je préfère les vaches allaitantes qu'une exploitation laitière" affirme l'apprenti, qui au cours de stage en troisième avait déjà eu l'occasion de découvrir le milieu.
Aujourd'hui, son carnet en poche, il note ses missions, les indications de Fabien, un maître de stage qui prend son rôle au sérieux. "Je suis là aussi pour le motiver, et s'il y a besoin de l'aider dans ses cours, il peut me le demander" indique-t-il.
Désormais, Dylan doit apprivoiser les Blondes d'Aquitaine pour être encore plus à l'aise à travers elles et s'épanouir dans sa voie professionnelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité