Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Faire son service avant de s'installer

Un tremplin à l'installation pour Nicolas Gautier. Installé en élevage laitier en 2005 hors cadre familial en Normandie, l'éleveur bovin est aujourd'hui président du service local.

© AD

"J'ai été quatre ans vacher au service de remplacement. Et aujourd'hui, je suis installé à Saint Fraimbault dans le bocage ornais, près de Domfront. J'élève un troupeau de vaches Normandes sur 35 ha pour une
production de 220 000 l de lait, dans un système 100 % laitier" détaille Nicolas
Gautier, 31 ans. Installé depuis 2005, il est devenu président du service de remplacement de Domfront-Passais depuis 2011. Lui qui n'était pas directement issu du milieu agricole, ses "années de service" lui ont apporté beaucoup de pratique, et d'expérience autour de systèmes de productions différents. Et toujours progresser, "j'ai vu beaucoup de choses en peu de temps. Cela m'a beaucoup apporté pour construire mon projet".


Assurance indispensable
"Mes parents n'étaient pas agriculteurs, mais j'avais de la famille proche, grands-parents, oncle et tante, qui l'étaient. J'allais souvent chez eux et je crois que j'ai
toujours eu en tête, l'idée de m'installer.
Et dès que j'ai pu, j'ai assuré des remplacements durant les week-ends et les vacances scolaires".

En 2005, Nicolas passe de l'autre côté en devenant exploitant. Sans hésiter, il adhère au service en tant qu'employeur. "Accident, maladie. Même lorsqu'on est jeune, cela peut nous tomber dessus n'importe quand. Je n'imagine pas qu'on puisse s'endetter et investir des capitaux dans une structure, sans se protéger un minimum. A mon sens, c'est une assurance complètement indispensable pour faire face aux aléas dans une entreprise".

Qualité de vie
Une mission d'intérêt général qui va même au-delà. Car le remplacement contribue également à la qualité de vie des agriculteurs en leur permettant de partir en vacances ou tout simplement d'avoir des loisirs. Un véritable outil de développement agricole en somme. Et ce sont ces valeurs qui ont poussé Nicolas Gautier à reprendre la présidence  du service de Domfront-Passais en 2011, alors que l'ancien responsable laissait son mandat suite à son départ à la retraite. Nicolas est également responsable de planning pour la quinzaine d'agents en CDD. Le service local qui assure environ 15 000 heures de travail par an emploie également trois salariés en CDI, chacun étant relié à un groupe d'une quinzaine d'agriculteurs. Aujourd'hui, Nicolas est pris dans quelques difficultés de recrutement. Il lui faudrait encore trouver deux employés en CDD pour l'automne et ces derniers mois, quelques demandes de remplacement ont été refusées faute de main-
d'oeuvre disponible. Scolaires ou emploi à temps plein. "Nous recrutons des profils assez variés, et la richesse du métier en vaut la peine, pour peu qu'on soit autonome et capable de s'adapter aux différentes entreprises".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité