Aller au contenu principal

Farago poursuit son développement

Pendant deux jours, Farago Manche Calvados, installé à Saint-Amand, a ouvert ses portes. L’occasion de montrer les derniers équipements aux éleveurs, en recherche de prévention pour assurer la qualité sur leur exploitation.

© SB

Arrivée dans ses nouveaux locaux depuis plus de deux ans et demi situés à Saint-Amand, l’entreprise Farago, dirigée par Etienne Gavart, a organisé sa 3e porte ouverte. Son aménagement dans ces nouveaux locaux a marqué une étape dans son développement. En effet, au lieu d’être répartie en trois sites, elle a saisi l’opportunité de ce bâtiment pour regrouper toutes ses activités (dératisation, désinsectisation, hygiène de locaux, rainurage, qualité de l’eau…) en un seul lieu et les 18 salariés. Ce développement se traduit aussi par l’évolution du métier de base. « Historiquement, la dératisation représentait 80 % de notre activité. Aujourd’hui, ce n’est qu’un tiers. On a introduit par exemple le rainurage, très demandé dans les bâtiments neufs » explique le directeur.

Toujours en croissance
Cette filiale de GDS enregistre une croissance même si elle est plus faible en période de crise agricole. Le directeur l’explique. « Nous sommes dans des produits courants, de qualité et à des prix attractifs. Les éleveurs s’y retrouvent en investissant dans le matériel qu’on propose ». À ses yeux, les exemples ne manquent pas. « L’utilisation de produits d’hygiène avant la traite permet de produire un lait de qualité. La clôture électrique est une des solutions les plus performantes pour éviter la sortie d’animaux. Elle est une alternative au barbelé… ».

De l’eau de qualité
Les paramètres qui permettent d’améliorer la qualité au sein des exploitations sont examinés de près. La qualité de l’eau est l’un de ses paramètres. « C’est primordial, note le directeur, les éleveurs de volailles et de porcs y étaient sensibles. Mais c’est aussi le cas maintenant des éleveurs laitiers ». Alors, cela passe par des prélèvements, des analyses et des installations complètes jusqu’à l’entretien. Un électricien, plombier est embauché pour ce domaine.

Une croissance plus légère
Même si la croissance existe, Etienne Gavart reconnaît ressentir la crise. « Nous constatons un frein. La croissance est beaucoup plus légère ». Pour autant, les éleveurs continuent de faire du préventif. « C’est la solution pour avoir de meilleurs résultats. Les éleveurs préfèrent investir dans du durable et de l’équipement durable » conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité