Aller au contenu principal

Farago poursuit son développement

Pendant deux jours, Farago Manche Calvados, installé à Saint-Amand, a ouvert ses portes. L’occasion de montrer les derniers équipements aux éleveurs, en recherche de prévention pour assurer la qualité sur leur exploitation.

© SB

Arrivée dans ses nouveaux locaux depuis plus de deux ans et demi situés à Saint-Amand, l’entreprise Farago, dirigée par Etienne Gavart, a organisé sa 3e porte ouverte. Son aménagement dans ces nouveaux locaux a marqué une étape dans son développement. En effet, au lieu d’être répartie en trois sites, elle a saisi l’opportunité de ce bâtiment pour regrouper toutes ses activités (dératisation, désinsectisation, hygiène de locaux, rainurage, qualité de l’eau…) en un seul lieu et les 18 salariés. Ce développement se traduit aussi par l’évolution du métier de base. « Historiquement, la dératisation représentait 80 % de notre activité. Aujourd’hui, ce n’est qu’un tiers. On a introduit par exemple le rainurage, très demandé dans les bâtiments neufs » explique le directeur.

Toujours en croissance
Cette filiale de GDS enregistre une croissance même si elle est plus faible en période de crise agricole. Le directeur l’explique. « Nous sommes dans des produits courants, de qualité et à des prix attractifs. Les éleveurs s’y retrouvent en investissant dans le matériel qu’on propose ». À ses yeux, les exemples ne manquent pas. « L’utilisation de produits d’hygiène avant la traite permet de produire un lait de qualité. La clôture électrique est une des solutions les plus performantes pour éviter la sortie d’animaux. Elle est une alternative au barbelé… ».

De l’eau de qualité
Les paramètres qui permettent d’améliorer la qualité au sein des exploitations sont examinés de près. La qualité de l’eau est l’un de ses paramètres. « C’est primordial, note le directeur, les éleveurs de volailles et de porcs y étaient sensibles. Mais c’est aussi le cas maintenant des éleveurs laitiers ». Alors, cela passe par des prélèvements, des analyses et des installations complètes jusqu’à l’entretien. Un électricien, plombier est embauché pour ce domaine.

Une croissance plus légère
Même si la croissance existe, Etienne Gavart reconnaît ressentir la crise. « Nous constatons un frein. La croissance est beaucoup plus légère ». Pour autant, les éleveurs continuent de faire du préventif. « C’est la solution pour avoir de meilleurs résultats. Les éleveurs préfèrent investir dans du durable et de l’équipement durable » conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
MLC AG
La revanche de la coop sur le grand export
Mardi 8 septembre, les Maîtres Laitiers du Cotentin étaient réunis en assemblée générale. La coopérative annonce la négociation…
Publicité