Aller au contenu principal

Avec la hausse du prix des engrais
Faut-il acheter du compost ?

Avec la hausse du prix des engrais, certains éleveurs s’interrogent sur l’opportunité d’acheter du compost. Avant de choisir, il est important de disposer d’une analyse et de connaître la disponibilité des éléments. On peut également calculer le prix équivalent engrais, qui reste cependant indicatif.

En ce qui concerne l’azote, la disponibilité varie de 0 à 10 % pour les composts de déchets verts jusqu’à 40 % pour du compost de fumier de volailles.
En ce qui concerne l’azote, la disponibilité varie de 0 à 10 % pour les composts de déchets verts jusqu’à 40 % pour du compost de fumier de volailles.
© P. Cronenberger

De nombreux types de composts
Il existe de nombreux types de composts : à base de déchets verts, de fumier de bovins, de volailles, de porcs… Ils peuvent aussi associer plusieurs produits : déchets verts et effluents ou déchets verts et boues de station d’épuration par exemple.
En fonction des produits de départ, les composts peuvent avoir une composition totalement différente, il faut donc avoir une analyse avant de choisir un produit. L’idéal est de connaître le degré de maturité et de stabilité du compost. En général, plus un compost est stable, moins il libère d’azote ; par contre, il apporte de l’humus.

Une disponibilité des éléments très variable selon les composts
En ce qui concerne l’azote, la disponibilité varie de 0 à 10 % pour les composts de déchets verts jusqu’à 40 % pour du compost de fumier de volailles. C'est-à-dire que 10 à 40 % de l’azote total sera efficace pour la culture.
Le phosphore est plus disponible : on prend en compte en général 80 % à 100 % du phosphore pour du compost de fumier de bovins et 65 % pour du compost de volailles.
La potasse et la magnésie sont entièrement assimilables.

Un apport d’humus et un effet chaulant
Les composts les plus intéressants pour l’apport d’humus sont en général ceux qui fournissent peu d’azote efficace. A part dans certains cas particuliers, comme des parcelles en sol sableux, nous vous déconseillons d’acheter du compost uniquement pour l’apport de matière organique ; il est plus judicieux d’introduire une prairie dans la rotation ou d’apporter du fumier.
L’effet chaulant semble intéressant, compte tenu de la richesse en CaO de certains composts, mais nous manquons de références pour comparer son efficacité à celle d’un amendement calcaire.

Intérêt économique du compost
A titre indicatif, on peut comparer le prix du compost à celui des éléments fertilisants apportés sous forme minérale (tableau 1).
Prix équivalent engrais : 8,5 €/t et 15,5 €/t maximum pour l’effet chaulage.
Ce type de compost est vendu de 5 à 10 € la tonne.
Attention, dans cet exemple, le calcium est considéré efficace à 100 %, ce qui n’est pas réellement le cas (tenir compte des effets acidifiants de l’azote et de la matière organique). Par contre, l’apport d’humus n’est pas comptabilisé car il est difficile de le chiffrer.

D’un point de vue réglementaire
Si le compost répond à une norme, il est considéré comme un engrais minéral pour les distances d’épandage et le cahier d’épandage. De même, il n’est pas pris en compte pour le calcul des 170 kg/ha d’azote organique en zone vulnérable.


Nathalie POISSON
Chambre d'Agriculture de la Manche
npoisson@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Pour en savoir plus
Une plaquette sur le compost a été élaborée par la Chambre d’agriculture, avec l’appui financier du Conseil général. Elle est disponible sur simple demande auprès de l’équipe de la Baie
(M.-C. Fort au 02 33 79 41 75) ou de l’équipe agronomie (N. Poisson au 02 33 06 47 29).
Des tournées de compostage chez les agriculteurs sont organisées pendant l’hiver par la Cuma Ecovaloris. Prenez contact si vous êtes intéressé au 02 33 06 46 24.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité