Aller au contenu principal

Féveroles à début floraison
Faut-il les protéger ?

Les maladies susceptibles d’être présentes aujourd’hui dans la culture sont l’anthracnose et le botrytis. Comme pour le pois, cette année, excepté sur certaines parcelles de féverole d’hiver, le risque est à ce jour faible dans la grande majorité des parcelles.

L’anthracnose peut attaquer les feuilles, les tiges et les gousses. Les jeunes taches sont de petites taches de couleur cendrée diffuse avec un diamètre souvent supérieur à 3 mm. Les taches “âgées” sont typiques, de type “brûlure de cigarette” : pourtour noir, centre clair avec présence de nombreuses ponctuations noires. Par la suite, le centre de ces taches se nécrose, trouant les feuilles. Les tiges sont très rapidement attaquées en profondeur et finissent par casser. Pour les gousses, des nécroses circulaires de plusieurs millimètres et de couleur gris noir, sont visibles à leur surface. Dans les cas les plus graves, les gousses attaquées éclatent, ce qui infecte les graines, et produit des graines tachées, non vendables en alimentation humaine. De plus, les semences atteintes sont une source de propagation de l’anthracnose.
Le botrytis se présente sous la forme de nombreuses petites taches brun-chocolat dispersées sur la feuille, souvent de 2-3 mm de diamètre. Elles finissent par provoquer des nécroses importantes à l’origine de la chute précoce des feuilles. Ce n’est pas une “pourriture” comme sur le pois. Ce champignon provoque une couleur anthocyane superficielle des tiges, mais ne semble pas provoquer de dégâts sur les gousses et les graines.
Des températures supérieures à 20-22° C en présence d’une humidité saturante sont favorables à son développement.
Les jeunes taches d’anthracnose sont difficiles à distinguer de celles du botrytis : petites taches brun foncé.
Voici quelques aides au diagnostic : Il y a rarement plus de 2 taches d’anthracnose sur une feuille. Alors qu’en présence de botrytis, on a très vite de nombreuses petites taches dispersées sur la feuille. Les taches de botrytis sont de couleur plus uniforme que celles d’anthracnose et elles ne présentent pas de pycnides (points noirs).
A noter que la rouille, qui arrive plus tardivement au cours du cycle, reste la maladie la plus nuisible sur féverole, notamment en culture de printemps.

Programme de traitement indicatif
- 1er traitement : dès l’apparition des premières taches (DF à DF + 15 jours si pas de maladie avant).
• si anthracnose : Banko 500 à 2 l/ha (13 €/ha) ;
• si botrytis : Amistar 0.5 l/ha (26.5 €/ha).
-2e traitement : à T1 + 15 jours ou dès l’apparition des premières pustules de rouille.
• Horizon EW ou Caramba Star à 0.6 l/ha (20-21 €/ha) ;
• si anthracnose : ajout possible de Banko 500 (35 €/ha) ou Priori Xtra à 1 l/ha (50 €/ha) (également autorisé sur Sclérotinia) ;
• si botrytis : Amistar (40 €/ha).
- 3e traitement : nécessaire seulement si pression rouille forte.
Attention : Banko 500 est limité à 2 applications par campagne sur féverole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité