Aller au contenu principal

Sanitaire
FCO : désinsectiser en attendant de pouvoir vacciner

20 % de mortalité en ovins, 1 % de mortalité en bovins et 20 % de chute de lait. Les conséquences de la FCO sont catastrophiques. “En attendant de vacciner, la désinsectisation s’impose”, estiment les GDS.

Il va falloir apprendre à vivre avec la FCO (Fièvre Catarrhale Ovine). Sur le front, la résistance s’organise et passe en premier lieu par une grande campagne d’information à défaut d’une campagne de vaccination qui va demander plus de temps. C’est ainsi que les GDS de Basse-Normandie (on comptabilisait au 7 mars 15 cas suspects ou avérés dans le Calvados, 2 dans la Manche et 12 dans l’Orne) viennent d’achever une tournée d’une vingtaine de réunions en une semaine. “Notre situation est pire que celle des Ardennes l’an dernier”, assure Etienne Gavart, directeur du GDS 14. L’heure n’est donc plus aux palabres mais à l’action avec un message très clair. “Pour limiter les conséquences dramatiques, nous recommandons très fortement aux éleveurs de mettre en place une désinsectisation mensuelle des animaux en pour-on”, insistent les présidents des GDS de Basse-Normandie.
Maintenant et tous les mois
On a pourtant beaucoup parlé de vaccination. Mais le vaccin contre le sérotype 8 (celui qui nous concerne) n’est pas encore disponible en quantité industrielle. Il ne sera donc distribué qu’au compte-gouttes et dans les zones prioritaires.
En attendant une vaccination effective, la désinsectisation peut constituer une alternative crédible. Il faut selon les GDS traiter toutes les 3 à 4 semaines à partir du 15 mars. Mais traiter quels animaux ? Idéalement en bovins et ovins, tous les animaux à partir de 15 jours pour obtenir une protection globale du cheptel. A minima, les vaches gestantes et adultes, y compris les génisses amouillantes et vaches taries, ainsi que les taureaux reproducteurs du côté des bovins. En ovins, les béliers et agneaux de renouvellement. Différents produits cohabitent sur le marché. Acadrex, Arkofly, et Butox en pulvérisation. Bayofly, Butox ou Ectotrine en pour-on. Votre vétérinaire ou les GDS sauront vous conseiller.
A noter enfin qu’en cas de suspicion de FCO sur votre élevage, le prélèvement et l’analyse sont pris en charge par l’Etat. En cas de mortalité, une indemnisation (228 e par bovin et 45 e par ovin environ) est prévue.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité