Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Sanitaire
FCO : désinsectiser en attendant de pouvoir vacciner

20 % de mortalité en ovins, 1 % de mortalité en bovins et 20 % de chute de lait. Les conséquences de la FCO sont catastrophiques. “En attendant de vacciner, la désinsectisation s’impose”, estiment les GDS.

Il va falloir apprendre à vivre avec la FCO (Fièvre Catarrhale Ovine). Sur le front, la résistance s’organise et passe en premier lieu par une grande campagne d’information à défaut d’une campagne de vaccination qui va demander plus de temps. C’est ainsi que les GDS de Basse-Normandie (on comptabilisait au 7 mars 15 cas suspects ou avérés dans le Calvados, 2 dans la Manche et 12 dans l’Orne) viennent d’achever une tournée d’une vingtaine de réunions en une semaine. “Notre situation est pire que celle des Ardennes l’an dernier”, assure Etienne Gavart, directeur du GDS 14. L’heure n’est donc plus aux palabres mais à l’action avec un message très clair. “Pour limiter les conséquences dramatiques, nous recommandons très fortement aux éleveurs de mettre en place une désinsectisation mensuelle des animaux en pour-on”, insistent les présidents des GDS de Basse-Normandie.
Maintenant et tous les mois
On a pourtant beaucoup parlé de vaccination. Mais le vaccin contre le sérotype 8 (celui qui nous concerne) n’est pas encore disponible en quantité industrielle. Il ne sera donc distribué qu’au compte-gouttes et dans les zones prioritaires.
En attendant une vaccination effective, la désinsectisation peut constituer une alternative crédible. Il faut selon les GDS traiter toutes les 3 à 4 semaines à partir du 15 mars. Mais traiter quels animaux ? Idéalement en bovins et ovins, tous les animaux à partir de 15 jours pour obtenir une protection globale du cheptel. A minima, les vaches gestantes et adultes, y compris les génisses amouillantes et vaches taries, ainsi que les taureaux reproducteurs du côté des bovins. En ovins, les béliers et agneaux de renouvellement. Différents produits cohabitent sur le marché. Acadrex, Arkofly, et Butox en pulvérisation. Bayofly, Butox ou Ectotrine en pour-on. Votre vétérinaire ou les GDS sauront vous conseiller.
A noter enfin qu’en cas de suspicion de FCO sur votre élevage, le prélèvement et l’analyse sont pris en charge par l’Etat. En cas de mortalité, une indemnisation (228 e par bovin et 45 e par ovin environ) est prévue.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité