Aller au contenu principal
Font Size

FCO : la France touchée en plein cœur

Questions à Etienne Gavart, directeur du GDS du Calvados Avec l'annulation du concours de la race charolaise à la foire de Caen, la Fièvre Catarrhale Ovine (FCO) revient dans l'actualité du Calvados. Décryptage avec le Groupement de Défense Sanitaire (GDS).

Des autopsies ont montrés que des veaux touchés par la FCO présentaient parfois une malformation : une absence de cerveau.  (photo labeo)
Des autopsies ont montrés que des veaux touchés par la FCO présentaient parfois une malformation : une absence de cerveau. (photo labeo)
© labeo

Les responsables du syndicat de la race charolaise ont annulé leur concours à la foire de Caen. Que doivent craindre les éleveurs du département ? La FCO est-elle de retour ?
Le syndicat charolais a choisi la prudence. Des éleveurs ont participé à un concours national au Mans. Leurs animaux y ont été en contact avec des bêtes positives. Cette précaution me semble justifiée. Mais, ce choix ne signifie pas que le Calvados soit infecté.

Comment des animaux infectés ont-ils pu être acceptés dans un concours national ?
La zone du centre de la France n'était pas encore déclarée interdite car elle n'était pas encore connue comme infectée. En découvrant la FCO, les animaux déjà présents au Mans ont été vérifiés. Certains se sont déjà révélés positifs.

Quid des animaux du Calvados présents au Mans ?
Les analyses sont également en cours. Nous aurons la réponse très rapidement. 

Actuellement, le département est-il toujours considéré indemne de FCO ?
Oui. Aujourd'hui, il existe seulement dans le centre de la France une zone réglementée comprenant une zone de protection et une zone de surveillance, ainsi qu'un périmètre d'interdiction . Dans ce dernier cas, les ventes d'animaux vers l'extérieur sont interdites. Cette résurgence de la FCO de type 8 amène la France à s'interroger sur le développement du virus. Un dépistage est organisé sur toute la France.

Comment se déroulera le dépistage dans le département ?
17 élevages ont été sélectionnés. Des analyses sur le sang des animaux sont réalisées. On aura la réponse dans moins de 15 jours.

Le virus est véhiculé par des petits moustiques, appelés culicoïdes. Sont-ils fortement présents en Normandie ?
Les culicoïdes sont présents partout dans le monde et survivent aux hivers rudes. Leur recensement est difficile.
Ils sont actuellement en pleine activité. Ils se nourrissent en piquant la peau des bovins et des ovins. Les culicoïdes nichent dans des bouses sèches ou humides et dans les vieilles souches d'arbres morts. Leur activité se poursuivra au moins jusqu'en novembre en Basse-Normandie. Si FCO il y a, elle peut être véhiculée. 

Quel comportement doit adopter le monde de l'élevage: attendre, désinsectiser, vacciner ?
Je crois qu'il faut attendre. Il y a quelques années, la désinsectisation n'a pas enrayé la progression du virus. Il est inutile de se jeter sur les insecticides qui peuvent parfois poser des problèmes environnementaux. D'autre part, nous ne sommes pas certains d'être touchés. Attendons les résultats du dépistage national. C'est le plus sage. Il ne faut pas aggraver le mal. Les éleveurs doivent respecter l'interdiction d'importer des animaux depuis la zone réglementée française.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité