Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

FDSEA 14 : des prix rémunérateurs pour tous

llll La FDSEA adressera dans les prochains jours l'appel de cotisation 2019. Questions à Christophe Macé, président et Xavier Hay, secrétaire général.

Poussez la porte de la FDSEA14, vous trouverez une oreille attentive.
Poussez la porte de la FDSEA14, vous trouverez une oreille attentive.
© TG

>> Votre taux d'adhésion est il satisfaisant ?
CM.  Non, nous voulons peser davantage. L'administration, les politiques connaissent notre poids diminué. Ils en jouent depuis bien trop longtemps. L'équilibre des forces doit de nouveau être en faveur du monde agricole. Pour cela, il n'y a pas d'autres solutions que d'être demain le plus grand nombre possible. Nous invitons chacun à nous rejoindre.
XH.  Nous devons doubler notre nombre d'adhérents et passer à 600 minimum. L'objectif est ambitieux mais pas irréalisable. Beaucoup d'exploitants ont conscience, qu'ensemble, on peut améliorer les conditions d'exercice de notre métier.

>> Pour quoi vous battez vous ?
XH. Plusieurs enjeux majeurs guident notre travail. Le premier est d'obtenir des prix rémunérateurs pour toutes les filières. Ensuite, nous voulons une vraie reconnaissance de notre métier. Ce regard qu'ont certains médias, certains de nos concitoyens, sur notre belle agriculture n'est plus tolérable.   
CM. Nous voulons aussi une vraie politique d'accompagnement pour ceux qui rencontrent des difficultés. Nous sommes toujours restés fidèles aux valeurs de solidarité paysanne. La FDSEA peut aussi vous apporter une assistance individuelle en cas de besoin, notamment si vous êtes contrôlés. N'hésitez pas à contacter nos collaborateurs. Ces derniers sont également à votre disposition pour vous proposer des services à tarifs très concurrentiels ou même gratuits.

>> Céréaliers, laitiers, bio, conventionnels... Pensez-vous qu'on puisse défendre, encore aujourd'hui, toutes les filières sans les opposer ?
XH. Certainement ! Il y a quelques jours, nous étions devant la sucrerie de Cagny. J'ai reconnu dans les rangs des éleveurs venus soutenir leur collègue. De même, en 2015, sur le périphérique caennais, des céréaliers étaient là au coté d'une filière qui traversait une crise grave. L'agriculture est riche de sa diversité, nous sommes le seul syndicat à rassembler tout le monde autour d'une table ou autour d'un rond point. 
CM. Ce n'est pas un hasard si notre secrétaire général est céréalier et notre secrétaire général adjoint laitier. Les femmes sont également présentes, les jeunes, les anciens, les fermiers, les propriétaires, les bio, les productions hors sols... Notre conseil d'administration est ainsi fait. Nous tenons à cette représentativité qui nous est propre. Chaque agriculture mérite qu'on s'y intéresse. Ne comptez pas sur la FDSEA pour opposer les systèmes. Ceux qui le font, font du tord à tous.

>> Que dites vous à un agriculteur qui rencontre des difficultés ?
CM. De ne pas rester seul. Il faut nous contacter. Evidement, nous ne pouvons résoudre toutes les situations, mais nous nous faisons un devoir de tout tenter. Nous serons à sa disposition.
Notre numéro FDSEA :
06 86 26 81 77.

>> A combien s'élève la cotisation FDSEA ?
XH. En moyenne, 230 euros. Mais nous avons un tarif exceptionnel pour la première année (90 euros) et 150 euros la deuxième. La cotisation peut représenter un frein : c'est pourquoi nous proposons des services qui permettent de rembourser largement ce coût (voir encart joint).
CM. Les acquis syndicaux profitent à tous mais nos adhérents doivent obtenir un plus. C'est impératif. Je donnerai un exemple : nos commandes groupées GNR représentent une économie pour l'adhérent de 1 500 euros l'année. De quoi rembourser largement la cotisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité