Aller au contenu principal

FDSEA de la Manche : toujours optimistes et combatifs

Devant 200 personnes, les responsables syndicaux de la FDSEA ont tenu un discours optimiste tout en restant combatif. La défense professionnelle se poursuit pour répondre aux attentes des agriculteurs de la Manche.

llll Le ton a été donné dès le début de la rencontre annuelle des adhérents de la FDSEA. Le 9 mars dernier, le syndicat majoritaire a rappelé son ambition, celle « d’offrir une défense professionnelle performante et des services compétitifs », a indiqué Hervé Marie, trésorier. Une ligne de conduite qui se traduit aussi dans la gestion de la structure jugée « saine » par le commissaire aux comptes, avec une activité des services en augmentation. « Cela démontre l’engagement des collaborateurs à être au plus proche des attentes des adhérents », souligne le président, Sébastien Amand.
Une activité en progression malgré une situation de l’économie agricole de la Manche qui s’améliore mais qui reste « peu fleurissante », note Hervé Marie. Et il l’explique : « Les cours des produits ne permettent toujours pas de faire face aux coûts de production ni à la rémunération des agriculteurs malgré une maitrise des charges. »

Des acquis syndicaux
Face à cette situation, les adhérents, par la voie de Anne Jeanne, secrétaire générale, tiennent bon. « Nous nous sommes réunis près de 270 fois aux cours de cette année passée, dont 210 en local sur tout le territoire de la Manche », souligne-t-elle.
Et grâce à cette mobilisation, Anne Jeanne rappelle les acquis syndicaux à mettre au profit du syndicat : « que ce soit pour les EGA pour l’économie, les acquis sociaux et les acquis sur le plan de la législation environnementale et foncière ». « Notre travail de lobbying a payé ».

Confiance
Ce travail ne s’arrête pas là. Les adhérents de la FDSEA veulent prendre en main la communication parce qu’ils savent parler de ce qu’ils font au quotidien dans leurs exploitations. Cœur de Normandy, marque d’éleveurs, en est le symbole. « Les retours sont unanimes. Les consommateurs sont heureux de rencontrer les agriculteurs. Nous savons qu’ils nous font confiance », martèle Anne Jeanne. 
Pour autant, elle tire la sonnette d’alarme en rappelant que « 80 % de la population est citadine. Pour se nourrir, elle a besoin de nous trois fois par jour. Alors continuons de nous battre en mettant le pied dans la porte pour nos droits et à communiquer sur notre activité pour avoir une place dans notre société ». Sans aucun doute, le combat continue.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité