Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

FDSEA de la Manche : toujours optimistes et combatifs

Devant 200 personnes, les responsables syndicaux de la FDSEA ont tenu un discours optimiste tout en restant combatif. La défense professionnelle se poursuit pour répondre aux attentes des agriculteurs de la Manche.

llll Le ton a été donné dès le début de la rencontre annuelle des adhérents de la FDSEA. Le 9 mars dernier, le syndicat majoritaire a rappelé son ambition, celle « d’offrir une défense professionnelle performante et des services compétitifs », a indiqué Hervé Marie, trésorier. Une ligne de conduite qui se traduit aussi dans la gestion de la structure jugée « saine » par le commissaire aux comptes, avec une activité des services en augmentation. « Cela démontre l’engagement des collaborateurs à être au plus proche des attentes des adhérents », souligne le président, Sébastien Amand.
Une activité en progression malgré une situation de l’économie agricole de la Manche qui s’améliore mais qui reste « peu fleurissante », note Hervé Marie. Et il l’explique : « Les cours des produits ne permettent toujours pas de faire face aux coûts de production ni à la rémunération des agriculteurs malgré une maitrise des charges. »

Des acquis syndicaux
Face à cette situation, les adhérents, par la voie de Anne Jeanne, secrétaire générale, tiennent bon. « Nous nous sommes réunis près de 270 fois aux cours de cette année passée, dont 210 en local sur tout le territoire de la Manche », souligne-t-elle.
Et grâce à cette mobilisation, Anne Jeanne rappelle les acquis syndicaux à mettre au profit du syndicat : « que ce soit pour les EGA pour l’économie, les acquis sociaux et les acquis sur le plan de la législation environnementale et foncière ». « Notre travail de lobbying a payé ».

Confiance
Ce travail ne s’arrête pas là. Les adhérents de la FDSEA veulent prendre en main la communication parce qu’ils savent parler de ce qu’ils font au quotidien dans leurs exploitations. Cœur de Normandy, marque d’éleveurs, en est le symbole. « Les retours sont unanimes. Les consommateurs sont heureux de rencontrer les agriculteurs. Nous savons qu’ils nous font confiance », martèle Anne Jeanne. 
Pour autant, elle tire la sonnette d’alarme en rappelant que « 80 % de la population est citadine. Pour se nourrir, elle a besoin de nous trois fois par jour. Alors continuons de nous battre en mettant le pied dans la porte pour nos droits et à communiquer sur notre activité pour avoir une place dans notre société ». Sans aucun doute, le combat continue.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité