Aller au contenu principal
Font Size

FDSEA et JA grillent la saucisse ornaise devant la préfecture contre le Mercosur

Jeudi 4 juillet 2019, JA et FDSEA de l’Orne ont organisé un barbecue devant la préfecture, à Alençon. Rendez-vous était donné à 20h30. Environ 120 personnes étaient présentes. Le message porté était clair : non au traité de libre-échange signé vendredi 28 juin avec les pays du Mercosur et à l’importation des produits carnés.

10 kilos de bœuf, des rillettes, du boudin noir, des chipos, du saucisson à l’ail. Baguettes, ketchup, moutarde. Jus d’orange et café. Il y avait de quoi rassasier les quelque 120 agriculteurs regroupés devant la préfecture de l’Orne, jeudi 4 juillet. JA et FDSEA veulent ainsi montrer qu’ils s’opposent au traité de libre-échange signé entre l’Union européenne et les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay, Venezuela). La viande, fournie par Florian Papin, éleveur local, est offerte en opposition à celle qui pourrait être importée des pays d’Amérique du Sud. « Nous partageons un moment convivial, pour nous retrouver. Pendant la campagne des Européennes, Emmanuel Macron nous avait garanti qu’une ligne rouge ne serait pas franchie. L’accord avec les pays du Mercosur est un coup d’épée dans le dos, lâche Alexis Graindorge, président des Jeunes agriculteurs de l’Orne. Nous ne croyons pas aux contrôles sur les produits carnés issus du Mercosur. »

Haut de gamme dans l’Orne

L’importation en provenance des pays du Mercosur représente 100 000 t de viande bovine, 180 000 t de volaille, 25 000 t de viande porcine. Des hormones, des traitements chimiques. Un bien-être animal inexistant. Un marché européen qui risque d’être inondé et des prix cassés. « Les chiffres qu’engage le Mercosur en viandes fraîche et congelée, produites dans des conditions différentes des nôtres, nous alarment. Nous sommes inquiets de la disparition de nos  productions et de nos agriculteurs. Surtout dans l’Orne, où nous produisons du haut de gamme», prévient Anne-Marie Denis, présidente de la FDSEA. À cela s’ajoute le bilan carbone de denrées auxquelles on fera traverser l’Atlantique. « Quid de la politique de production locale ? Madame la préfète, je compte sur vous pour faire remonter l’impact du traité sur notre département », interpelle Anne-Marie Denis.

Moins 25 % d’agriculteurs

Chantal Castelnot, préfète, a été dans l’écoute et la simplicité. « En tant que consommatrice, je tiens à ma santé et je n’ai pas envie de manger du bœuf aux hormones. L’Union européenne a approuvé le traité, mais l’accord doit être ratifié par les 27 parlements des États membres. J’aurais à cœur de faire remonter tout ce que vous me dites ce soir », promet la représentante de l’État. Elle s’accorde avec les syndicats pour dire que les contrôles des produits importés sont un problème : « y aura-t-il assez de douaniers, de vétérinaires ? » Alexis Graindorge soulève, lui, une inquiétude plus profonde : « on compte un suicide tous les deux jours chez les agriculteurs. Le Mercosur est une angoisse supplémentaire. L’importation des produits risque de faire cesser une exploitation sur quatre. Je n’aurais qu’une question : Emmanuel Macron veut-il encore des agriculteurs ? »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité