Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Calvados
FDSEA et JA prônent un fauchage total des bordures

“Moins d’herbe coupée : nature protégée” affirme le Conseil général qui justifie ainsi un fauchage partiel des bords de routes. “Attention danger,” répond la profession agricole.

“Nous sommes critiques quand au devenir de la végétation non fauchée avant la maturité et la prolifération des graines, en particulier par la persistance des plantes que nous qualifions d’invasives, comme le chardon ou le rumex. Cette végétation a de fortes capacités de dissémination et, maintenue en l’état de porte-graines, il est à craindre une prolifération dans les parcelles agricoles voisines”, craignent FDSEA et JA.
“Nous sommes critiques quand au devenir de la végétation non fauchée avant la maturité et la prolifération des graines, en particulier par la persistance des plantes que nous qualifions d’invasives, comme le chardon ou le rumex. Cette végétation a de fortes capacités de dissémination et, maintenue en l’état de porte-graines, il est à craindre une prolifération dans les parcelles agricoles voisines”, craignent FDSEA et JA.
© TG

Patrice Lepainteur (président de la FDSEA) et Mathilde Vermès (présidente de JA) viennent en date du 2 septembre d’envoyer un courrier à l’attention de Jean-Léonce Dupont (président du Conseil général). Ils y abordent la problèmatique de l’entretien partiel des bordures de routes dont l’éxécutif départemental a la charge. Dans leur conclusion, les représentants du syndicalisme jeunes et aînés indiquent : “craignant donc de subir de nouvelles contraintes dans notre activité avec le risque d’une infraction à la loi, nous demandons donc, Monsieur le Président, que l’entretien des bordures de routes soit intégralement effectué, particulièrement en bordure de nos parcelles agricoles”.
A suivre

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité