Aller au contenu principal

FDSEA-JA 50 : retirer des produits des rayons de supermarchés

Les distributeurs sont appelés à procéder à des opérations de déréférencement de produits. La FDSEA et les JA de la Manche viennent de leur en faire la demande afin de pénaliser les transformateurs qui ne respectent pas les accords.

© SB

Les agriculteurs manchois ne désarment pas. Ils poursuivent leurs actions notamment face aux transformateurs qui
ne respectent pas l’accord des 340 €/1 000 l. Un accord qui avait réuni la grande distribution et les industriels. Si les premiers respectent, les derniers ne le font pas. “Nous avons eu la surprise de voir que les transformateurs avaient les troubles de la mémoire” ironise Sébastien  Amand, président de la FDSEA de la Manche. Et pourtant, le 24 juillet, date de cet accord,
“personne n’avait quitté la table, ou n’avait dit que ce n’était pas
possible”, ajoute-il.

Les mauvais élèves cités
Depuis cette date, certains jouent le jeu, tels que Sodiaal (53), Eurial, Alsace Lait (67), Les Maîtres Laitiers du Cotentin (50), La laiterie Saint-Père (44), Saint-Denis-de-l’Hôtel (45). Par contre, “d’autres jouent pleinement la provocation” s’insurge Ludovic Blin, président de la section lait de la FDSEA. C’est le cas de Savencia (ex Bongrain), Lactalis, Agrial, Danone… Face à cela, les responsables syndicaux ont regardé de près les résultats des entreprises laitières. “Le groupe Bel, sur le premier semestre 2015, voit son résultat augmenter de 98 %, Savencia de 94 %, Danone 22 %” dénonce Ludovic Blin. Par contre Lactalis “ne préfère pas donner ses chiffres. Mais nous ne sommes pas inquiets par rapport à son résultat”, poursuit Sébastien Amand. Ce qui le conduit à dire que “les entreprises laitières se foutent des producteurs”.

Cibler les produits
Face à ce constat qui dure, la FDSEA et les JA ne veulent pas restent sans rien faire “sinon, cela signifierait qu’on cautionne l’attitude des mauvais” insiste Ludovic Blin. “On se doit de réagir” poursuit-il.
Les syndicats majoritaires vont donc commencer des opérations de déréférencement. “Nous allons demander aux distributeurs de retirer des produits de leur rayons” expliquent-ils. Cela peut prendre plusieurs jours en raison des stocks. Et surtout pour laisser le temps à la grande distribution de s’organiser pour “ne pas pénaliser les clients mais bien les diriger vers d’autres produits” explique Jean-François Osmond, secrétaire général des JA.
Derrière les noms des entreprises citées comme mauvais élèves, se cachent les produits Lactel, Président, Cœur de lion, Chaussée aux Moines…
Cette opération devrait être suivie par les GMS, peut-être par crainte de revoir les agriculteurs à leurs portes. Pour autant, les responsables syndicaux ne seront pas sans surveillance. De manière anodine, ils se rendront dans les rayons pour surveiller.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
La nouvelle équipe de JA 61
La restauration collective épluchée en AG
Vendredi 25 septembre, les Jeunes agriculteurs étaient réunis en assemblée générale à Montabard. La nouvelle équipe avait choisi…
Publicité