Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

FDSEA-JA 61 : à la rencontre de Jérôme Nury et Catherine Meunier

Vendredi dernier à Tinchebray, une délégation d’agriculteurs, jeunes et ainés, a rencontré Jérôme Nury (commission de l’économie, de l’agriculture et du numérique) et Catherine Meunier (commission des routes et du développement durable). Le tour des élus départementaux est quasiment bouclé.

"Nous sommes épuisés. Nous enchainons les réunions, parfois tard le soir, et le lendemain matin nous sommes au cul des vaches mais ça n’avance pas”. L’expression est d’un jeune installé qui commence à douter de son métier. Le décor est planté. L’écoute est attentive mais la marge de manœuvre des élus locaux est étroite.

Le cahier des doléances ouvert en grand
La tournée des élus locaux s’est achevée vendredi dernier à Tinchebray. La délégation FDSEA/JA, pilotée par Eric Hatteville et Judicael Dumaine, s’est entretenue avec Jérôme Nury et Catherine Meunier, élus du Donfrontais. Le cahier de doléances a été ouvert en grand. “Une enveloppe d’urgence qui représente 150 e/agriculteur. Une remontée des cours qui se fait attendre. Des engagements de l’Etat qui ne sont pas tenus. Des tromperies dans l’identification des produits qui vont jusqu’à leurrer les meilleurs restaurants flériens. Des contraintes nouvelles concernant la gestion des haies. Un flou énorme sur la notion du cours d’eau...” La liste est longue et pas exhaustive.
Les élus ont apporté des réponses à deux niveaux : le local et le politique. “Il faut travailler sur les besoins de la restauration collective dans le département, juge Jérôme Nury et de citer en exemple l’initiative Agrilocal61 portée par le Conseil départemental. “Quand je lance un appel d’offres pour le compte de ma commune pour trouver 200 kg de pommes de table, je ne trouve rien de local”. Mais de reconnaître cependant que si les circuits courts sont vertueux, ils ne règleront en rien la crise actuelle.
Sur un plan plus politique, Jérôme Nury a d’abord épargné le Gouvernement, “l’Etat n’a rien à faire dans une relation commerciale entre deux privés”, avant d’enchainer “mais il a un rôle d’arbitre à jouer. Sa responsabilité se situe plus en amont. Il faut baisser le coût du travail en France et harmoniser les règles européennes. On s’est tiré une balle dans le pied. Les pouvoirs publics ne sont pas assez offensifs”.
Conclusion d’Eric Hatteville à cette campagne de sensibilisation consistant à redonner de la volonté agricole aux élus locaux : “Sarkozy a reconnu qu’il était allé trop loin avec le Grenelle de l’Environnement. C’est la pagaille chez les Verts. Macron remet en cause les 35 heures (...), une brèche s’ouvre”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité