Aller au contenu principal

Manifestation
FDSEA, JA : un semis de prairie pour alerter sur les écorégimes

Les manifestants de la FDSEA et JA de l’Orne ont semé une prairie devant la préfecture à Alençon. La préfète Françoise Tahéri les a reçus. Ils répondaient à l’appel national à manifester contre le plan stratégique national (PSN) vendredi 2 avril.

Marc Gégu sème une prairie devant les grilles de la préfecture de l’Orne à Alençon, vendredi 2 avril. « On espère que la préfète en prendra bien soin et qu’on pourra venir récolter cet été », s’amuse Anne-Marie Denis.
© DB

24 tracteurs, une trentaine d’agriculteurs présents : « c’est la juste mesure », se félicite Anne-Marie Denis, présidente de la FDSEA de l’Orne, qui ne souhaitait pas plus de monde, en raison de la Covid. Après un tour dans les rues d’Alençon, autour de la préfecture, les adhérents FDSEA et JA ont symboliquement semé une prairie devant la grille et offert un mini-jardin à la préfète.

 

Ecorégimes : les raisons de la colère

« Pourquoi cette manifestation ? Pourquoi aujourd’hui ? » Au mégaphone, Anne-Marie Denis déplie les arguments qui l’ont amenée à appeler ses collègues à se mobilier : « Pourquoi aujourd’hui : parce que dans quinze jours, trois semaines, le ministre va porter le contenu du PSN français à l’Europe, ce sera trop tard ». Pourquoi ? Parce que « les effets d’EGAlim ne se font pas sentir. Les négociations commerciales n’ont pas été à la hauteur. Or, on nous avait dit, on va s’organiser pour vous assurer un retour de valeur et en échange, vous produirez une agriculture qui répond aux attentes du consommateur ».

Manif 61 2 avril 2021 AMD
Anne-Marie Denis, présidente de la FDSEA de l’Orne rappelle les enjeux de la manifestation au mégaphone devant une trentaine d’agriculteurs.

80% des agriculteurs exclus des écorégimes

Les syndicats craignent que la future PAC ne défavorise les agriculteurs français : « avant, le paiement vert était complémentaire du DPB (droits à paiement de base, ndlr), retrace Anne-Marie Denis, aujourd’hui, il y est intégré ». Elle s’inquiète notamment des obligations que contiendront les éco-régimes : « ecoschemes, écorégimes, écoschémas ; ils ne savent même pas comment l’appeler, tacle la présidente, tellement c’est compliqué ». Ils représenteraient 20 ou 30% du premier pilier - ce n’est pas fixé - et seraient conditionnés à des pratiques plus vertes. « On a découvert que le système qu’ils nous proposent est punitif : en étant en bio, on n’accèderait qu’à 70% des écorégimes, le HVE 3 ne donnerait accès qu’à 50%. Tous les autres, c’est-à-dire 80% des agriculteurs auraient entre 0 et 20% ».

Manif 61 2 avril 2021 JA
Éric Fleury (à droite), vice-président et Nicolas Chevalier, secrétaire général adjoint des JA de l’Orne.

La proposition de la profession : un système à points évolutifs

« On avait pris l’initiative de travailler pour proposer au ministère un système à points évolutif avec sept items de base, dans lesquels les agriculteurs pourraient piocher en fonction de ce qu’ils font déjà. Et à mesure qu’ils évoluent, on ajouterait des points ». Soit un minimum assuré et un complément pour inciter les producteurs à aller vers une agriculture « plus vertueuse ». Pour Anne-Marie Denis, « le ministre de l’Agriculture s’aligne sur la ministre de l’Environnement ». Elle accuse les politiques d’utiliser la PAC comme moyen électoraliste.

 

Lactalis, retraite, renouvellement : la préfète interpelée

Trois adhérents FDSEA et trois JA ont rencontré Françoise Tahéry. « Elle a été très à l’écoute », témoigne Anne-Marie Denis, à l’issue de la rencontre. Outre les problématiques EGA et PAC, les syndicats ont pu aborder l’interdiction de l’inscription de l’origine du lait sur les produits, obtenue par Lactalis, « c’est un non-sens à une époque où on parle de circuits courts ». Une solution serait recherchée en haut lieu pour trouver une écriture alternative. Les agriculteurs ont pu évoquer leur crainte pour le département, dont 40% des agriculteurs partent à la retraite dans quelques années et qui subit une baisse des installations, « c’est pour cette raison que la PAC doit être acceptable : que les jeunes n’aillent pas ailleurs ». 

Manif 61 2 avril 2021mini jardin
Le mini-jardin offert à la préfète. « Tu lui diras que c’est ma terre, qu’elle est pauvre parce qu’on n’est pas un pays riche, ironise Daniel Génissel au mégaphone, mais elle est riche en micro-organismes, on pourrait même y trouver des vers de terre ». Sérieux, l’agriculteur s’agace, « bien sûr les agriculteurs font en sorte que leur terre soit productive et qu’elle reste fertile ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Prix du lait juillet 2022 : le compte n’y est vraiment pas selon Ludovic Blin
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Moisson 2022 : dernière ligne droite
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 25 …
La haie fédère les acteurs locaux de toute la Normandie
La Région a lancé un appel à manifestation d’intérêt intitulé Opération Normandie haies fin 2021. Mercredi 6 juillet 2022, les…
Mesures de restriction d’eau dans le Calvados
La situation hydrologique et hydrogéologique était déjà défavorable début juillet 2022. L’absence de précipitation ainsi que les…
Moisson 2022 : rapide et en avance
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 18 …
Coquillages et préjugés : Anaïs, portrait d’une reconvertie
Le Comité régional conchyliculture (CRC) a lancé sa campagne de communication ConchyQuoi en mai 2022 sur les réseaux sociaux. Des…
Publicité