Aller au contenu principal

FDSEA/JA 50 : contrôles laitiers en GMS

Ras-le-bol pour les producteurs d'être pris pour des vaches à lait. Ce qu'ils veulent c'est une juste rémunération. Elle passe aussi par la mise en touche des produits en grandes surfaces.

© EC

Suite à la dernière table ronde du 1er octobre concernant la filière laitière, le médiateur de la République a une nouvelle fois indiqué qu'une partie des industriels ne respectaient pas les engagements pris le 24 juillet dernier. A Saint-Lô, la FDSEA et les JA ont débarqué notamment chez Carrefour pour une petite vérification.

"Le lait c'est notre revenu"
Caddies en mains, la délégation formée de responsables FDSEA et JA sont passés directement de leur conseil d'administration, se tenant à la maison de l'agriculture (St-Lô) au magasin le plus proche, autrement dit Carrefour. Petite halte à l'accueil. Pas de directeur disponible ? "Ce n'est pas grave" lancent Ludovic Blin, président de la section lait FDSEA, et Jean-Hugues Lorault, président des JA. "On enlève tous les produits Lactalis puisque ce groupe ne respecte pas l'accord de prix pour les producteurs. Mais attention, on enlève et on va les mettre dans les frigos pour ne pas briser la chaîne du froid".
Mais voilà, le manager de service, lui, est monté sur ses grands chevaux en lançant, "pourquoi ne pas s'en prendre aux entreprises directement en faisant la grève du lait ?" Réponse de la FDSEA et des JA, "le lait, c'est notre revenu. On ne peut pas se permettre de le jeter dans le ruisseau". Dans la foulée de Carrefour, les agriculteurs ont poursuivi leurs actions dans d'autres grandes surfaces saint-loises. En attendant, la revalorisation du prix du lait de 340 EUR d'août en décembre n'apparait pas sur les fiches de paies alors que certains grands groupes laitiers affichent un bénéfice net en hausse. La FDSEA et les JA de la Manche ne cessent de pointer du doigt les entreprises qui ne jouent pas le jeu. La FDSEA et les JA de
la Manche demandent donc
plus que jamais aux grandes surfaces du département de retirer des linéaires les produits issus des mauvais élèves qui sont : Lactalis, Danone et Savencia (ex Bongrain).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité