Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

FDSEA/JA 50 : contrôles laitiers en GMS

Ras-le-bol pour les producteurs d'être pris pour des vaches à lait. Ce qu'ils veulent c'est une juste rémunération. Elle passe aussi par la mise en touche des produits en grandes surfaces.

© EC

Suite à la dernière table ronde du 1er octobre concernant la filière laitière, le médiateur de la République a une nouvelle fois indiqué qu'une partie des industriels ne respectaient pas les engagements pris le 24 juillet dernier. A Saint-Lô, la FDSEA et les JA ont débarqué notamment chez Carrefour pour une petite vérification.

"Le lait c'est notre revenu"
Caddies en mains, la délégation formée de responsables FDSEA et JA sont passés directement de leur conseil d'administration, se tenant à la maison de l'agriculture (St-Lô) au magasin le plus proche, autrement dit Carrefour. Petite halte à l'accueil. Pas de directeur disponible ? "Ce n'est pas grave" lancent Ludovic Blin, président de la section lait FDSEA, et Jean-Hugues Lorault, président des JA. "On enlève tous les produits Lactalis puisque ce groupe ne respecte pas l'accord de prix pour les producteurs. Mais attention, on enlève et on va les mettre dans les frigos pour ne pas briser la chaîne du froid".
Mais voilà, le manager de service, lui, est monté sur ses grands chevaux en lançant, "pourquoi ne pas s'en prendre aux entreprises directement en faisant la grève du lait ?" Réponse de la FDSEA et des JA, "le lait, c'est notre revenu. On ne peut pas se permettre de le jeter dans le ruisseau". Dans la foulée de Carrefour, les agriculteurs ont poursuivi leurs actions dans d'autres grandes surfaces saint-loises. En attendant, la revalorisation du prix du lait de 340 EUR d'août en décembre n'apparait pas sur les fiches de paies alors que certains grands groupes laitiers affichent un bénéfice net en hausse. La FDSEA et les JA de la Manche ne cessent de pointer du doigt les entreprises qui ne jouent pas le jeu. La FDSEA et les JA de
la Manche demandent donc
plus que jamais aux grandes surfaces du département de retirer des linéaires les produits issus des mauvais élèves qui sont : Lactalis, Danone et Savencia (ex Bongrain).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité