Aller au contenu principal
Font Size

FERME EN FÊTE : « je veux montrer l’agriculture à mes enfants »

Près de 10 000 personnes ont franchi les portes de Ferme en fête, ce week-end, à Alençon. Les organisateurs et les exposants sont satisfaits de cette édition. La restauration fait carton plein.

llll La 14e édition de Ferme en fête s’est achevée dimanche, à Alençon. Les concours d’animaux se sont enchaînés, les spectacles équestres ont séduit le public. « Nous comptons près de 10 000 entrées, annonce Cédric Broult, commissaire. L’objectif de passer les 12 000 visiteurs n’est pas atteint, nous avons été pénalisés par le froid. » La restauration affiche, elle, de meilleurs résultats que l’année dernière. « Le chiffre officiel est de 1 800 repas servis par le collectif de producteurs et d‘artisans de l’association La Table du terroir. Quant aux burgers fermiers, le nombre s’élève à 330. C’est 10 % de plus qu’en 2017 », se félicite Jean-Marc Dorcet, responsable du service agroalimentaire et circuits courts à la Chambre d’agriculture. « Ce sont nos meilleurs chiffres en termes de restauration. Je suis très heureux d’avoir ramené l’équin à Ferme en fête, cela manquait aux autres éditions. Le grand public est toujours présent et heureux de revenir vers ses sources agricoles », se réjouit Régis Chevallier, président de l’association Ferme en fête.

Retour à l’école
Samedi, à l’issue de la visite officielle, Régis Chevallier a annoncé, avec émotion : « je passe la main. Je préside Ferme en fête depuis quatorze ans, avec une équipe efficace. Il est indispensable de poursuivre et d’innover. Je resterai un inlassable militant défenseur et promoteur de l’agriculture ».  Pour saluer son engagement, des cours d’œnologie lui ont été offerts. « Nous te renvoyons à l’école », a souri Jean-Louis Belloche.

Jean-Louis Belloche, président de la Chambre d’agriculture, se représente
« Je me représente à la présidence de la Chambre d’agriculture. Je souhaite poursuivre l’action menée avec la FDSEA et les JA. Notre liste est en construction, elle comptera sept ou huit nouveaux. Nous travaillons notre programme, dont voici les grandes lignes : renouveler les générations ; communiquer pour donner envie de rejoindre le métier ; surveiller l’évolution de la PAC ; encourager les énergies renouvelables et les circuits courts. De ces six années, je retiens que l’installation des jeunes en parcours aidés dans le département est le fruit d’un travail collectif. Notre département est très rural, 15 % des emplois dépendent de l’agriculture, toutes filières confondues. Notre assemblée passe de 45 à 35 sièges, la liste exploitants comptera 18 sièges au lieu de 21. Nous sommes de plus en plus appelés à travailler en région. Je suis confiant, mais rien n’est jamais gagné d’avance : il faut mouiller sa chemise pour persuader que nos idées sont les bonnes. Nous nous appuyons sur notre terreau de responsables locaux pour construire notre logique de développement. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité