Aller au contenu principal

Ferme maraîchère : le garde-manger des voleurs

A Mézidon-Canon (14), trois maraîchères subissent des vols réguliers depuis le mois de mai. Les plaintes à la gendarmerie se sont multipliées. Sans succès. Après le vol de légumes et de petit outillage, leur tracteur a notamment disparu la semaine dernière.

Duquénoy, Marie Guillochet, Chloé Viot-Pineau sont victimes de vols à répétition.  Les trois femmes sont installées en maraîchage bio au sein du GAEC le Champ des Cigognes Ferme du Bois de Canon à Mézidon Canon. Marielle et Chloé ont débuté l’aventure sur 2,48 hectares, en octobre 2012. Marie les a rejointes cette année. Ensemble, elles ont acheté 2,5 hectares. “Ce n’est pas facile. Mais nous nous en sortions. Nous avons même embauché un salarié 2 jours par semaine, dont nous devrons nous séparer. Nous avions aussi pris une saisonnière. Nos objectifs en terme de production et de commercialisation étaient atteints”a, regrette-t-elle.
Jeunes installées, elles n’habitent pas sur leur exploitation maraîchère.

Les vols ont débuté en mai
Les trois maraîchères n’ont pas encore eu les moyens de monter un bâtiment fermé. Les larcins ont débuté en mai. Rien de bien grave pour commencer. Les 12 bouteilles de cidre, qui restaient d’une porte ouverte, ont disparu.  L’acte est suivi d’une dégradation. De l’huile de moteur est répandue sur des légumes. Les méfaits se sont ensuite enchaînés. Tous les trois jours, des objets disparaissent. Avec le temps, la liste s’allonge : tomates, poivrons, concombres ou courgettes, mais aussi des quantités importantes d’échalotes et d’oignons la nuit même de leur ramassage. L’ensemble du petit outillage a été également dérobé : clés, matériel d’irrigation, balance de marché, bassines pour la cuisson des betteraves…
Le tracteur entendu vers 22 h 30 à Mery-Corbon
Mercredi 17 septembre, une nouvelle étape a été franchie. Leur tracteur Deutz 5207 de 1983 a été dérobé. Les voleurs n’ont pas joué la carte de la finesse et n’ont pas pris la peine de dételer la motopompe. La machine semble avoir été  traînée sur plusieurs kilomètres.  Les maraîchères ont remonté la piste. Leur tracteur a été aperçu la dernière fois vers Mery-Corbon le 17 septembre, vers 22 h 30.
Après plusieurs mois de vols, le préjudice atteint 17 000 euros, selon les trois exploitantes. Ces dernières lancent donc un appel à la solidarité

Appel à la solidarité

« Dans l'urgence nous recherchons (prêt ou location) :
une pompe attelée, motopompe et tuyaux de pompier (diamètre 80). Nous avons également besoin d’un vieux tracteur de 50 chevaux. Le rachat du matériel, si nous
y parvenions,  ne serait pas suffisant. Nous devons en plus prévoir un lieu de stockage afin de limiter les risques.
La construction d'un bâtiment est un investissement
que nous ne pouvons actuellement pas supporter. Toute idée sera la bienvenue”, explique Chloé Viot.

Contact : orange2000@hotmail.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité