Aller au contenu principal
Font Size

Marché aux veaux de Saint-Lô
Fermeture définitive

Symbole de toute une époque, le hall de 1000 m2 vient de fermer ses portes, le 30 décembre dernier.

Moins de vaches laitières, c’est obligatoirement moins de veaux. Dernièrement, la DDAF annonçait laconiquement, “de 400 000 vaches en 1980, nous sommes aujourd’hui passés à 275 000 dans le département”. Une conséquence, mardi 30 décembre 2008 a sonné le glas du marché aux veaux de St-Lô après plus de quarante ans d’activité. Désormais, les éleveurs devront se rendre à Torigni sur Vire, ou se déroulera un nouveau marché, le lundi, place de l’Orangerie. “Décision réfléchie” Lors d’une conférence de presse donnée cet automne et annonçant la fin du marché st-lois, François Digard, le maire, dont quelques éleveurs dénoncent “le manque de fibre agricole” indiquait, “cette décision a été mûrement réfléchie. Nous n’abandonnons pas pour autant l’activité, nous la recentrons sur Torigni, en accord avec les élus de cette ville”. Anne-Marie Cousin, maire de Torigni sur Vire, ajoutait, “c’est clair, l’activité n’est plus ce qu’elle était. Nous avons donné la parole aux professionnels, aux négociants ainsi qu’aux personnes qui gèrent les deux marchés. Soit nous subissions la baisse, soit nous restructurions pour durer”.Au 1er janvier prochain, Torigni prend donc le relais. “Il restait un problème, les négociants souhaitaient bénéficier d’un créneau horaire pour leurs transactions spécifiques. Il se déroulera le mardi à Torigni et, nous insistons là dessus, ne pourront y venir que les négociants”. Reste que mardi 30 décembre, éleveurs et négociant semblaient, du moins pour certains, sceptiques sur le transfert de l’activité st-loise sur Torigni tout en admettant que le bâtiment de 1000 m 2 installés près du Hall des Ronchettes était désormais surdimensionné. Faut-il pour autant commencer à tirer un trait sur l’ensemble des marchés aux veaux du département ? Sans doute prématuré, sur 70 000 veaux commercialisés, 46 000 le sont encore par ces marchés.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
AGNEAU PRE SALE
Accrocher les wagons AOT à la locomotive AOP
Après 30 années de travail, l’agneau de pré-salé a enfin obtenu le fameux sésame AOP. Mais la vie dans les herbus n’est pas un…
Publicité