Aller au contenu principal

Festival de la terre en Manche
Communiquer sur la réalité de nos exploitations

Dans le cadre du prochain festival de la terre et de la ruralité le 1er septembre à Saint-Clément-Rancoudray, la lumière sera mise sur les différentes productions du Mortainais. Des vidéos ont été réalisées au sein des structures afin de communiquer sur la réalité du quotidien des différents éleveurs.

Près de 10 000 personnes sont attendues le 1er septembre prochain à Saint-Clément-Rancoudray, commune du Mortainais de 548 habitants, qui abrite plus de 20 sièges d’exploitation. Alors, pour le maire, Jean-Paul Brionne, recevoir un tel événement reste « une belle récompense pour les agriculteurs d’accueillir toute la Manche », souligne-t-il. C’est aussi l’occasion de démontrer que des petites communes rurales ont les capacités et l’envie d’accompagner cet événement dans le département qui est le 3e en matière de fréquentation.

Les dessous de l’élevage
A la fois des citadins et des ruraux sont attendus tout au long de la journée. Les Jeunes agriculteurs, de la Manche avec le concours des adhérents du canton de Mortain ont concocté un programme à la fois divertissant et professionnel. La lumière sera mise sur l’élevage du Mortainais. Une spécificité pour cette édition qui a une résonnance particulière en période d’agribashing. « Notre objectif est de montrer les dessous de l’élevage, la réalité de nos exploitations », note Jean-François Dorenlor, responsable du festival. « Qui mieux qu’un agriculteur pour parler d’agriculture », complète-t-il.

Des vidéos de 3 mn
Alors, des vidéos ont été réalisées dans différentes productions (lait, viande bovine, volaille, porc, lapin…), en conventionnel ou bio. Ces vidéos de 3 mn chacune seront diffusées en boucle. A la fois les éleveurs et les partenaires seront présents pour échanger avec le public sur leur quotidien. « Il y a trop de vidéos à charge alors que nous travaillons au quotidien dans nos exploitations sur le bien-être animal, la qualité, nos pratiques… », préviennent les organisateurs. Les différents fournisseurs, transformateurs seront présents tout au long de la journée. « C’est normal d’être aux côtés des éleveurs, de communiquer avec eux », souligne Corentin Barbedette, technico commercial de Nutri Concept. Un point de vue partagé par Pascal Rault de la coopérative Evolution. « Nous sommes présents à chaque édition. C’est indispensable pour nous d’être là. C’est aussi l’occasion de présenter les nouveautés technologiques du monde de la génétique », prévient-il.

Un robot sur site
Toujours en matière technologique, les visiteurs pourront découvrir le fonctionnement du robot de traite, installé depuis plusieurs jours sur le site, afin de découvrir le travail des éleveurs. Les productions hors sol ne seront pas oubliées (porc, volaille, lapin…) Grâce à des lunettes 3D, il sera possible de visiter un élevage de porcs. Cette année, une soixantaine d’essais herbe a été ajoutée aux essais maïs. Une soixantaine de variétés Comme les années précédentes, une soixantaine d’essais de maïs. « Nos exploitations sont essentiellement tournées vers le pâturage. Et les cultures intermédiaires sont pratiquées chez nous », indique le président cantonal, Valentin Peltier, qui se réjouit d’organiser ce Festival grâce à une équipe motivée et dynamique.

Deux concours de labour
Parmi les traditions, le concours de labour aura bien lieu. Il y en aura même deux. Le concours régional opposera quatre concurrents à savoir Louison Bagot pour la Manche, Manon Legrand pour la Seine-Maritime et Landry Leblond et Antoine Lemasson pour l’Orne. Le meilleur d’entre eux défendra les couleurs de la Normandie au concours national une semaine plus tard à Puy-en-Velay (Haute-Loire). Au niveau départemental, une dizaine de concurrents s’opposera. Ces animations complèteront un programme divers : messe en plein air avec la bénédiction d’animaux et de matériel, 4L Cross, tracteur force, démonstrations d’ensilage à l’ancienne, de chien de troupeau, labyrinthe de maïs, … mais aussi un pôle enfants, un marché du terroir,…
Il n’y a plus qu’à réserver sa journée du 1er septembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité