Aller au contenu principal

Festival de la terre et de la ruralité : les grains de maïs n’ont plus qu’à pousser

Le mois de mai marque le semis du maïs pour le Festival de la terre et de la ruralité par les Jeunes agriculteurs de la Manche et du canton organisateur, JA de Mortain. Dans les prochains jours, ce sont des essais d’herbe qui prendront place sur le terrain, à Saint-Clément-Rancoudray.

© SB

llll Le 1er septembre marquera la rentrée syndicale des Jeunes agriculteurs par le Festival de la terre et de la ruralité. Un temps fort à destination du monde rural mais aussi des citadins. Le programme se veut familial pour que petits et grands, adeptes de l’agriculture ou novices, passionnés et curieux puissent y trouver leur
compte.

Deux concours de labour
Bien entendu « le socle de base sera une fois de plus respecté pour satisfaire l’ensemble des visiteurs », débutent les responsables. Cela débutera par la traditionnelle messe des laboureurs dès le matin. Et suivra un marché du terroir, les démonstrations 4L cross, de tracteur force, le village des OPA, le pôle enfant, le labyrinthe de maïs… et les concours de labour. Cette année, il y en aura plusieurs parce que la Manche organise le concours départemental, et accueille le concours régional. Ce concours qui est à l’origine même de ce rendez-vous agricole permet aux meilleurs de gravir des échelons. Si le gagnant du concours départemental sera sélectionné pour le régional de l’année prochaine, le meilleur du régional de cette année partira défendre les couleurs de la Normandie au concours national une semaine plus tard à Puy-en-Velay (Haute-Loire).

Une équipe dynamique
Avant d’arriver au 1er septembre, de nombreux bénévoles s’activent. Ayant lieu sur les terres de Saint-Clément-Rancoudray, le festival est organisé par les JA de la Manche avec l’appui des JA du canton de Mortain. A la tête de l’équipe cantonale, Valentin Peltier, agriculteur installé en production bovine et porcine. « Nous avons une bonne équipe, motivée et dynamique », reconnaît le président. Alors, organiser un tel événement qui accueille plus de 10 000 visiteurs, se déroule dans la bonne humeur. Depuis le mois d’octobre, l’équipe se réunit régulièrement pour mettre en œuvre les multiples animations.

Les essais de maïs, une vraie vitrine
Parmi l’une d’entre elle, le labyrinthe de maïs, qui se prépare dès maintenant.
Au début du mois, le semis a eu lieu sur des parcelles appartenant à
Régis Levallois et Alexis Lavalley grâce à la participation de différents semenciers telles que les entreprises Boule-Leroy, Lemardelé, Piednoir, Agridemeter, Agrial et D2N. Une tradition qui permet à chacun de mettre des variétés en valeur, et qui le jour J, donne l’occasion aux visiteurs de voir le résultat.
Une nouveauté : l’herbe
A la fin du mois, ce seront des essais d’herbe qui prendront place sur le terrain. « Nous sommes dans une région herbagère », justifie Valentin Peltier. Et l’herbe « constitue une part importante de l’alimentation de nos animaux. Alors, cela nous a paru normal de le faire », explique-t-il.
Au total, le Festival s’étalera sur près de 30 ha, dont une partie sera consacrée aux parkings, notamment sur les terres de Yvan Fourré.
Pour connaitre le programme des animations, il faudra faire preuve de patience jusqu’à la fin du mois de juin, où des nouveautés pourraient être annoncées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité