Aller au contenu principal
Font Size

Festival de la viande : le rendez-vous de l’excellence

L’entrecôte est la reine du Festival de la viande à Torigny-les-Villes. Encore une fois, le record a été battu pour la 15e édition le 16 novembre dernier. Plus de 2 400 entrecôtes ont été dégustées, soit plus de 500 de plus que l’année précédente. L’excellence de la viande n’était pas que dans les assiettes, elle était bien sous le foirail où des animaux de grande qualité ont bien souvent changé de main, mettant en exergue le travail des éleveurs.

© SB

l Le Festival de la viande est bien ancré dans les manifestations agricoles et surtout bovines de la région. Ce Festival est « une jolie vitrine de la viande et du savoir-faire », comme le résume Didier Beaussire, éleveur de Limousine près de Tessy-sur-Vire. En étant un des 7 concours de viande labellisé au niveau national, le Festival s’est imposé comme le rendez-vous de l’excellence, celle des animaux mais aussi des éleveurs. Et dans les allées, il y les abatteurs mais aussi des bouchers qui ont l’œil pour acheter le produit pour les fêtes de fin d’année. En fin de matinée, dès que les ventes ont été ouvertes, il y a peu d’animaux qui ne changent pas de main. Ce sont plus de 85 % qui se retrouvent sur les étals des boucheries artisanales et de grandes surfaces pour les fêtes de fin d’année.

Casser la tirelire
C’est le cas pour la Normande du prix de championnat, une vache de 4 ans venant du Gaec Chitel de Vouilly (Calvados), près d’Isigny-sur-Mer. C’est le magasin U Express d’Agon Coutainville qui l’a acquise.
« Tous les ans, on achète une Normande », indique Eric De Mondésir, responsable du magasin qui s’est déplacé avec son fils, Léo, et son responsable boucherie, Pascal Beaufils. « C’est une viande d’exception. Alors, on a cassé la tirelire », reconnait le chef de magasin. Mais quand la qualité est là, « c’est mérité pour l’éleveur », assure-t-il. Cette vache Normande trouvera donc sa place dans le rayon boucherie pour les fêtes. « Elle sera mise à part pour que les clients la voient bien », explique-t-il.

Venir chercher la plus-value
Le choix de Eric de Mondésir ravit Alexandre et Marc Chitel, les éleveurs. « C’est la première fois qu’on vient. Alors, on ne s’est pas trompé en amenant cette bête. C’est une championne », confient-ils. Et en venant à Torigny, c’est la plus-value que les éleveurs sont venus décrocher. Elle est de l’ordre de 2 à 3 euros de plus que si elle avait suivi le circuit classique. Là « c’est énorme », lâchent les éleveurs, venus aussi avec une génisse Limousine, qui a trouvé preneur.

Un prix non négocié pour l’excellence
D’autres enseignes se sont déplacés. Et comme le rappelait Laurent Binet en amont du Festival, certaines enseignes souhaitent que leurs animaux soient passés par Torigny, signe de qualité. Julien Le Prince, chef boucher à Auchan à Cherbourg a repéré 4 à 5 bêtes le 16 novembre pour son magasin. « C’est très important de venir ici. On voit les animaux sur pied, on rencontre les éleveurs, les partenaires… », note-t-il. Et concernant le prix, il avoue « ne pas le négocier. Ce sont des bêtes de concours. Il faut savoir récompenser le travail des éleveurs », complète-t-il.

Eleveurs, abatteurs, bouchers, grandes surfaces sont donc présents à Torigny. Et pour fermer la boucle, il y a le consommateur. « Il faut veiller à l’attente du consommateur qui doit connaitre une traçabilité irréprochable, du 1er maillon de la chaine jusque dans son assiette », souligne un des éleveurs, Didier Beaussire. Pour lui, et pour bien des éleveurs, « le Festival de la viande fait sa force grâce à la pugnacité de quelques hommes bien ancrés dans le métier de la viande où les connaissances de chacun permet de côtoyer, rassembler, et fédérer ».

2 400 entrecôtes
Justement les consommateurs se sont déplacés en nombre. Si l’année dernière 1 884 entrecôtes avaient été dégustées sur place, la 15e édition est une année de record avec 2 400 entrecôtes. « C’est improbable, impensable, quelque chose de fou », reconnaît Pierre- Charles Binet, un des organisateurs. « On s’excuse pour tous ceux qui n’ont pas pu en manger. On fera en sorte l’année prochaine que tout le monde en est », assure-t-il, en remerciant éleveurs, bénévoles et partenaires. Rendez-vous donc pour la 16e édition le 14 novembre 2020. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité