Aller au contenu principal

Fête de la musique : les agriculteurs cherchent les fausses notes

Syndicalisme llll A leur manière, les Jeunes Agriculteurs et la FDSEA de l’Orne ont fêté la musique le 21 juin. Ils ont fait du bruit dans quatre grandes surfaces, à Flers, Intermarché, Super U et Leader Price. Ils ont notamment observé l’étiquetage des produits et reprennent le même refrain : le producteur est oublié dans la répartition des marges. Le ton est donné.

La FDSEA et les Jeune Agriculteurs ont observé l’origine des productions, mais aussi le respect de la loi Sapin 2. Une promotion ne peut pas excéder 30 % de la valeur d’origine. (DR)
La FDSEA et les Jeune Agriculteurs ont observé l’origine des productions, mais aussi le respect de la loi Sapin 2. Une promotion ne peut pas excéder 30 % de la valeur d’origine. (DR)
© vm

llll En ce matin du 21 juin, jour de fête de la musique, les agriculteurs ont rapidement terminé leur tour de champ. La mobilisation a été menée tambour battant aux quatre coins de l’Orne. Au Leader Price d’Alençon, au Super U de Mortagne-au-Perche, au Leclerc de Flers et à l’Intermarché d’Argentan, la FDSEA et les JA se sont réunis en chœur pour faire raisonner le manque de marge de leurs productions. Ils réclament à cor et à cri un revenu décent.

Marges : GMS et industriels
dans le rythme
Eric Hatteville s’appuie sur le rapport Chalmin qui observe les prix et les marges. « Le rapport montre bien qu’en deux années les marges des transformateurs et des GMS ont augmenté sur les produits laitiers », explique le responsable lait de la FDSEA 61. Les industriels et les distributeurs gardent pourtant le rythme. Dans son discours, le directeur du Leclerc de Flers tente néanmoins de calmer le tempo. « On ne peut pas vérifier que les hausses qu’on accepte de nos fournisseurs sont bien reversées aux producteurs ». La ballade de l’aval de la filière ne le convainc pas. De concert, distributeurs et industriel rejettent la faute l’un sur l’autre. 
Ils n’ont pourtant pas de quoi claironner. La FDSEA et les JA ont contrôlé les linéaires. D’abord, ils ont observé les promotions dans les rayons. Elles sont aujourd’hui encadrées par la loi Sapin 2. « Les avantages promotionnels consentis par le fournisseur ne peuvent dépasser 30 % du prix. Ce dispositif législatif vise donc à éviter les dérives d’une pratique qui ne bénéficie qu’aux industriels et aux distributeurs et qui brade la production agricole. Nous demandons une meilleure répartition de la valeur ajoutée avec une prise en compte des coûts de production, la loi l’y obligeant », entonne Anne-Marie Denis, à la baguette de la FDSEA 61. A Flers, un livarot s’affiche avec à 1 € de remise. Une remise qui ne semble pas s’accorder avec le cadre légal.  
La FDSEA et les JA ont poursuivi leur récital en vérifiant un décret d’expérimentation sur l’origine du lait, du lait ingrédient et de la viande dans les produits transformés. L’origine des produits, qui contiennent 50 % de lait ou 8 % de viande, doit être mentionnée.

Mettre tous les acteurs
au diapason
Le syndicalisme a également fait ses gammes en vérifiant l’origine des viandes. « A Flers, le bon point c’est qu’on a quasiment que de la viande française. C’est lié aux productions présentes sur notre territoire », constate Alexis Graindorge, coprésident des Jeunes Agriculteurs de l’Orne. Seul bémol : « Dans le bac réfrigéré « Eleveur&engagé », on retrouve de la viande française. Mais, on ne la voit pas sur les emballages. Même si la viande est française, on ne sait pas si elle répond cahier des charges ». Pour rappel, cette démarche permet de valoriser les viandes issues du cheptel allaitant. 
En orchestrant la mobilisation, la FDSEA et les JA tentent donc de mettre toute la filière au diapason. Face au désarroi des agriculteurs, les GMS et les industriels garde secret leur partition. Reste à savoir qui joue du pipeau ?
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité