Aller au contenu principal

Fête de la Terre dans l’Orne: la recette à 4 cantons fonctionne

Dimanche 1er septembre, la fête de la Terre a battu son plein, dans l’Orne. Cette année, les cantons de Courtomer, Exmes-Le Merlerault, L’Aigle-La Ferté Frênel et Vimoutiers ont innové en se groupant pour organiser la journée ensemble, à Sainte-Gauburge-Sainte-Colombe. Soleil, 4 000 visiteurs, 2 000 repas servis, animations, concours de labour : pari gagné !

llll « On innove à quatre cantons. La semaine de préparation a été intense. Nous sommes contents d’être aujourd’hui et avons hâte d’être à ce soir pour avoir votre ressenti ! » C’est par ces mots qu’Aurélie Leconte, présidente du canton d’Exmes - Le Merlerault a inauguré la fête de la Terre, dimanche midi, à Sainte-Gauburge-Sainte-Colombe. La journée était donc aussi organisée par trois autres cantons - ceux de Courtomer, L’Aigle-La Ferté Frênel et Vimoutiers. Une première dans le département. Alexis Graindorge a salué « une belle équipe » et des « débuts prometteurs ».

De l’avis de tous, la journée est une réussite : « je suis ravi de découvrir la fête de la Terre, je suis impressionné par la mobilisation des Jeunes agriculteurs et l’ampleur de la manifestation. J’ai rarement vu un dossier de sécurité aussi bien ficelé, bravo les jeunes », a déclaré le sous-préfet de Mortagne-au-Perche, Olivier Bitz. Jacques Chevalier, directeur de la Chambre d’agriculture de l’Orne, a souligné l’importance de « garder des fêtes qui expriment la ruralité, le lien avec l’agriculture et la terre. L’événement a du sens, car nous tirons, de la terre, notre alimentation d’aujourd’hui et l’énergie de demain. Elle doit être respectée. C’est un symbole très fort porté par la jeune génération ». Les maires des trois communes (Sainte-Gauburge-Sainte-Colombe, Planches et Fay) ont rappelé l’importance de la filière agricole pour le tissu local et ont affiché leur confiance dans la jeunesse. Le président des JA 61 a profité du moment pour remercier « nos députés qui ont voté contre le Ceta ». Quant au Mercosur, il déplore qu’il faille les incendies en Amazonie pour le remettre en question. Passée cette belle journée propice aux échanges et à la fête, la période de rentrée syndicale devrait voir l’arrivée de la charte de bon voisinage sur le bureau des édiles. Dont « on espère qu’elle sera appuyée par l’association des maires », a lancé le président des JA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité