Aller au contenu principal

Fête de la terre dans l'Orne : professionnelle et ludique

La Fête de la terre mise en place par les Jeunes Agriculteurs de l’Orne reste une manifestation festive où bon nombre d’organisations agricoles sont présentes et où une multitude d’animations sont proposées. Pour autant, les JA n’oublient pas le combat de tous les jours.

© SB

llll La 39e édition de la Fête de la terre a accueilli plus de 3 500 personnes au cœur du Perche, à Le Mage, sur les terres de la famille Lesage. Une fréquentation importante vu la météo peu clémente le matin. Mais l’après-midi, les belles éclaircies ont attiré le public. Une satisfaction pour les organisateurs, les JA, co-présidé par Damien Louvel et Alexis Graindorge. « C'est un événement important pour les jeunes agriculteurs » assurent les deux co-présidents qui mettent en avant l’investissement des adhérents sous la houlette de Baptiste Garnier, responsable de la commission animation.


Fête familiale

Sur le terrain, les visiteurs n’ont pas chômé : trial moto et VTT, labyrinthe de maïs, marché du terroir, mini ferme, moiss’batt cross, baptême de conduite de tracteur,… De quoi démontrer que cette animation annuelle est avant tout familiale. Derrière cette journée festive, les JA n’oublient pas le combat de tous les jours. Et dans son intervention, Alexis Graindorge l’a rappelé. « Il est grand temps de reconstruire nos filières pour davantage de transparence et pour un juste retour de la valeur ajoutée sur nos exploitations ». Parce que toutes les productions sont touchées par la crise : « le lait, la viande, les céréales, jamais ces trois productions n'ont été touchées simultanément et de façon si brutale » insiste-t-il.


Adhérer aux OP

Bien entendu, dans tous les esprits, les manifestations conduites les semaines précédentes contre Lactalis étaient présentes. « Le 30 août dernier, une grande bataille a été gagnée face au géant Lactalis. Pas une victoire de prix mais une victoire pour l'ensemble des producteurs qui ont pu apprécier, par la puissance des organisations de producteurs, la nécessité d'y adhérer ! » note le co-président qui rappelle que « les JA se devront d'être présents aux côtés des OP pour peser dans les négociations ».


Manger local

Cette bataille contre Lactalis ne réduit pas les JA à un « syndicat laitier » indique Damien Louvel. « Ceux qui l’auraient pensé se trompent » lâche-t-il à un adhérent. Le travail va donc se poursuivre notamment avec l’enseigne Carrefour « pour faire accepter le dispositif Cœur de gamme, un engagement avec la grande distribution pour valoriser nos races à viande qui se traduit par une garantie de la qualité pour le consommateur et par un prix calqué sur les couts de production pour l'éleveur » explique Alexis Graindorge. Ces viandes qui se retrouveront dans les étals pourront continuer d’exister que si le consommateur les achète. C’est pourquoi le co-président admet « avoir besoin de votre soutien » face aux visiteurs. Pour les partisans d'une alimentation locale, « nous travaillons avec la région sur la refonte du logo Gourmandie. Une alimentation locale pour des emplois et de la vie sur notre belle Normandie ».Les responsables syndicaux ont terminé sur une note positive, en se projetant sur l’avenir. « Les JA, c'est avant tout le syndicat des jeunes car vous êtes l'avenir de notre agriculture. Demain ne doit pas se construire sans vous » conclut-il. Rendez-vous pour la 40e édition l’année prochaine. Le lieu reste encore à déterminer. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité