Aller au contenu principal

Feu vert : l'ensileuse série 8 000 a pris un bon départ

En décembre 2014 à Vire, les établissements Lebaudy dévoilaient la nouvelle John Deere série 8 000.Le concessionnaire vantait à l’époque la qualité de travail.Un an après, l’heure est au bilan. Au silo, entrepreneur et client sentent l’évolution, le tout sans arrêt au stand. Témoignage.

“Les agriculteurs veulent de la macédoine : une coupe nette, sans feuilles. C’est très important”, témoigne Jean Fortin, entrepreneur de travaux agricoles à la Haute-Chapelle (Orne). L’entreprise a l’expérience des séries 6 000 et 7 000.  La nouvelle génération était attendue par Jean Fortin mais aussi ses clients. L’ensileuse a réalisé sa première campagne. Verdict de l’entrepreneur : “nos clients sont demandeurs de cette machine”.

Qualité perçue au silo
Les ensileuses anciennes générations avaient besoin d’évoluer pour mieux correspondre aux besoins des clients d’aujourd’hui. La nouvelle gamme John Deere va dans ce sens comme témoigne Damien Louveau, installé à Lonlay-l’Abbaye (61). En ce jour d’ensilage, l’agriculteur œuvre à la confection de son silo. Il constate l’évolution du travail. “La qualité de hachage est meilleure que par le passé. La coupe est encore plus régulière que sur les modèles plus anciens. L’éclatage des grains est également bon. C’est important pour la valorisation du maïs. On évite les refus à l’auge. Dès le bennage au silo, on observe la qualité d’un ensilage. Là, il n’y a aucun bout de feuille”.

Technologie embarquée
Les agriculteurs se révèlent de plus en exigeants.
Outre la qualité, certains veulent connaître le taux de matière sèche. “J’ai acheté la machine avec le système harvest-lab. Les éleveurs sont de plus en plus demandeurs du taux de matière sèche, du tonnage à l’hectare. C’est un équipement qui deviendra peut-être indispensable à l’avenir”, estime Jean Fortin. La technique donne des données précises pour le pilotage des exploitations. “C’est pratique d’avoir le rendement de la parcelle. Avant on devait se contenter d’une estimation au juger”, note Damien Louveau du GAEC de Oissel.

Les mulets en démonstration
Reste la question de la fiabilité.   Sur les 12 machines vendues sur le secteur des établissements, aucune d’elle n’est retournée au stand. Régis Lucas, directeur général des établissements Lebaudy se réjouit : “au 20 octobre, elles avaient 500 ha de moyenne au compteur et aucune immobilisation à signaler. Nos deux mulets ont servi en démonstration”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Le nouveau bureau de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a été élu. Il est présidé par Yohann Barbe, producteur dans les Vosges.
Ludovic Blin et Benoit Gavelle, deux Normands dans le bureau de la FNPL
Depuis le 9 avril 2024, en succédant à Thierry Roquefeuil, Yohann Barbe devient le nouveau président de la FNPL (Fédération…
Publicité