Aller au contenu principal
Font Size

A Feugères (50) : Elodie et Jérôme se partagent les rôles

Elodie Dorléans et Jérôme Sauvegrain sont cogérants de l’ETA Vantomme basée à Feugères (50). Le partage des rôles s’est fait naturellement mais les responsabilités sont partagées.

© TG

>> En quoi votre entreprise a-t-elle évolué depuis votre installation ?
Elodie Dorléans et Jérôme Sauvegrain . Nous nous sommes installés en 2012 en reprenant une partie des parts de l’entreprise que Jacques Vantomme avait créée en 1977 et en louant le matériel. L’an dernier, nous avons fait l’acquisition du solde des parts et avons renouvelé une partie du parc matériel vieillissant.

>> Je suis agriculteur, donnez-moi 3 bonnes raisons de faire appel à l’entreprise plutôt que d’investir dans mon propre matériel...
La plupart de nos clients sont éleveurs. Ils ont donc besoin de passer plus de temps auprès de leurs animaux que dans les champs.
Ensuite, nous leur évitons d’investir dans du matériel qui plomberait forcément leur trésorerie.
Enfin, nous sommes polyvalents et réactifs. Prenez par exemple un chantier d’épandage de fumier. Il faut un chargeur et au moins deux épandeurs. Un agriculteur risque d’y passer plusieurs jours alors qu’une ETA va « bâcher vite fait bien » fait le chantier en quelques heures.

>> Le congrès d’EDT qui se tiendra à Deauville (14) en janvier prochain abordera l’agriculture de précision, une réalité déjà effective dans votre parc matériel ?
C’est incontournable même si nous ne savons pas exactement comment les choses vont évoluer. Nous concernant, nous avons investi l’an dernier dans une antenne satellite pour éviter les croisements d’épandage d’engrais.

>> Votre dernier investissement ?
Un tracteur de 250 cv, l’an dernier, pour plus de polyvalence.

>> Votre prochain investissement ?
Nous sommes en discussion pour un groupe de fauche, car nous avons eu plusieurs demandes de nos clients.

>> Pas trop difficile d’être une femme dans un monde d’hommes ?
Elodie Dorléans . Ça n’a pas toujours été évident au départ mais, petit à petit, j’ai fait ma place. J’ai prouvé que j’étais capable de gérer une entreprise et de la faire évoluer dans le bon sens. Le travail administratif est très important pour notre fonctionnement au quotidien.  Jérôme, c’est plutôt le matériel et le contact direct avec le client. Moi, c’est plutôt par téléphone.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité