Aller au contenu principal

Féverole de printemps : attendre le ressuyage pour implanter

Les précipitations importantes qui se sont abattues sur le grand ouest ces dernières semaines rendent pour le moment les parcelles impraticables. Il est impératif d'attendre que les parcelles soient ressuyées avant d'entamer les semis de printemps.

Choix de la parcelle
La féverole est sensible aux excès d'eau : choisissez une parcelle à sol profond, aéré et non battant afin de favoriser la mise en place des racines et des nodosités.
Elle est également très sensible aux déficits hydriques, en particulier pendant sa floraison et la phase de remplissage des graines. Le choix d'une parcelle à bonne réserve utile permettra de sécuriser le rendement en cas de printemps sec et chaud. A noter que la féverole n'est pas sensible à l'aphanomyces et ne multiplie pas l'inoculum. Elle peut donc être cultivée sans risque en sol contaminé.

Soignez votre lit de semences
La féverole fixe l'azote atmosphérique grâce à ses nodosités : afin de garantir à la plante une nutrition azotée optimale, il est important de semer les féveroles dans un sol poreux et aéré sur au moins 15 cm, dans des conditions ressuyées.
Une bonne implantation permettra non seulement de garantir la teneur en protéines des graines, mais également de favoriser l'alimentation en eau de la plante.

Semez tôt
La féverole a un cycle long, ses besoins en eau sont importants.
Il est donc conseillé de ne pas semer la féverole de printemps trop tard afin d'éviter une exposition à de plus forts risques d'échaudage au moment de la floraison et du remplissage des graines (T°>25°C), ou à une récolte tardive en cas de printemps et été très humides.
La féverole peut être semée sur sol gelé : dans ce cas, veuillez à bien enfouir la graine. La graine germera lorsque les températures redeviendront favorables. La levée pourrait néanmoins être plus lente et hétérogène.
Semis précoces : attention aux secteurs où les gelées tardives aux mois de mars et avril sont fréquentes. Elles pourraient pénaliser la culture de féveroles en cours de développement.

Densité et profondeur de semis
Semez votre féverole à 6-7 cm de profondeur en février, 5 cm à partir de fin février, afin de limiter les risques de phytotoxicité.
Selon le semoir utilisé, semez à un écartement compris entre 17 et 35 cm. Vous pouvez envisager un écartement plus large si vous envisagez un désherbage mécanique.

Fertilisation
La féverole ne nécessite pas de fertilisation azotée : ses nodosités lui permettent de fixer l'azote atmosphérique. Pour un rendement de 50 q/ha, la féverole exporte 60 kg/ha de P2O5 et 65 kg/ha de K2O. Selon la teneur en éléments de votre sol, adaptez vos apports.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité