Aller au contenu principal

Rémi Bailhache, président de la Chambre d'Agriculture de la Manche
Filière bovine : “De plus en plus de circuits organisés”

Restructurer la filière bovine et capter toute la valeur ajoutée du bovin. Pour Rémi Bailhache, président de la Chambre d’Agriculture de la Manche, la feuille de route est toute tracée. Elle passe par des circuits organisés.

A l’instar des régions spécialisées viande bovine, nous avons souffert de la mauvaise conjoncture.
A l’instar des régions spécialisées viande bovine, nous avons souffert de la mauvaise conjoncture.
© TG

Avec de l’herbe qui pousse toute seule, trop facile d’être éleveur dans la Manche ?
Non, l’herbe ne pousse pas toute seule. Il faut aussi la cultiver et apprendre à la cultiver. C’est d’ailleurs une des raisons d’être de la ferme expérimentale de La Blanche Maison.

Comment les éleveurs de votre département ont-ils traversé l’année 2008 ?
La Manche, c’est 750 000 têtes bovines dont 240 000 vaches laitières et la vache de réforme constitue un produit important de la ferme départementale. A l’instar des régions spécialisées viande bovine, nous avons souffert de la mauvaise conjoncture.

Des marchés aux veaux qui fusionnent comme St-Lô et Torigny-sur-Vire, des marchés au cadran qui battent de l’aile dans l’Orne et le Calvados, des abattoirs qui ferment ou se restructurent, ça tangue aussi pas mal en aval de la filière bovine ?
La crise bovine a inéluctablement des conséquences sur l’élevage mais aussi sur les outils de transformation et de commercialisation. Cette filière exige de plus en plus de circuits organisés. La restructuration des marchés est donc indispensable. Tout comme celle des outils d’abattage à l’instar du regroupement Bigard/Socopa qui conduit à disposer d’un acteur qui pèse sur le marché national, voire même, le marché européen.

C’est une des réponses à la mondialisation ?
Essayons déjà d’être performants face à la distribution. D’être performants aux niveaux français et européen. Après, on verra.

Au sein de cette filière bovine et vu de la Chambre d’Agriculture, quel est l’objectif prioritaire ?
Il est essentiel de capter toute la valeur ajoutée d’un bovin, du veau de 8 jours jusqu’à la vache de réforme en passant par le JB et le veau de boucherie pour lequel la Manche comptabilise 60 000 places.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité