Aller au contenu principal

Liniculture
Filles et fils d’agriculteurs défilent pour Linfini

Le lin sera très tendance en 2010. Tant mieux pour les liniculteurs de Caen-la-Mer qui cultivent la petite fleur bleue. Pendant ce temps, leurs épouses créent des modèles de vêtements et tiennent boutique à l’usine (de teillage). Quant aux enfants, ils défilent sans complexe tout de lin habillés. Une histoire de famille.

Le maire de Villons-les-Buissons, bourgade située au nord de Caen (14) est un homme comblé. Depuis le 2 octobre dernier, sa commune abrite un commerce, le seul, “Linfini”. Une boutique de vêtements et linge de table en lin aménagée dans les locaux de la coopérative Agricole Linière du Nord de Caen. Son deuxième satisfecit, c’est un défilé de mode de printemps qui s’est tenu, vendredi dernier, dans la salle communale. Un évènement qui a réuni plus de 250 convives et qui  participe à l’animation en milieu rural. Pas encore de journalistes de mode à ce rendez-vous mais la presse agricole était là. 

Infiltrer le circuit
“Linfini” est un magasin à l’usine, pas un magasin d’usine. Nuance. Car ici à Villons-les-Buissons, sans doute l’un des meilleurs terroirs liniers de France (donc du monde), on cultive le lin, on le teille et après, on fait comme les autres, on vend la filasse aux Chinois. Des Chinois qui filent, qui tissent, qui cousent et réexpédient partout dans le monde leurs vêtements “made in China”. Un circuit qui n’enrichit guère le liniculteur confronté à un marché atone et encore moins l’ouvrier asiatique payé quelques dollars. Des gagnants, il doit cependant bien y en avoir : sans doute quelques intermédiaires, la distribution, les créateurs...
Quelque chose qui ne pouvait évidement pas satisfaire Henri Pomikal, le jeune président de la coopérative linière. Un adepte de “la fourche à l’assiette”. Un voyage en Chine, le hasard des rencontres et surtout la dynamique de groupe insufflée au sein de la coopérative ont permis de jeter les bases d’un projet un peu fou. Faire fabriquer au nom de la coopérative sa propre ligne de vêtements et la commercialiser en direct histoire de ne pas laisser filer les marges. 

Succès commercial
Le magasin, d’où l’on peut entendre les chaînes de teillage, a ouvert le 2 octobre dernier. Mis sur orbite grâce à la FIC (Foire Internationale de Caen), le succès commercial a été immédiat. Tant mieux pour la famille car cette aventure est une histoire de famille. Toute la famille “Lin” est mise à contribution. Les hommes aux champs pour cultiver et enrouler un lin de qualité. Les femmes d’administrateurs qui se réunissent pour imaginer et dessiner les modèles de demain et qui tiennent bénévolement la boutique (le vendredi après-midi et le samedi toute la journée). Enfin les enfants “Lin” qui jouent les mannequins le temps d’un défilé. Le président ne se défile pas non plus : sa femme, sa fille, son fils sont mis à contribution.
En infiltrant le circuit, la coopérative n’a pas courcircuité la Chine. Son savoir-faire, sa réactivité et ses faibles coûts de production en font un passage obligé. N’empêche, les vêtements “Linfini” sont désormais un peu plus Normands. Peut-être qu’un jour, du côté de Villons-les-Buissons, on entendra dire : “le lin, ça eut payé et ça paye encore !”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité