Aller au contenu principal

GAEC des Poissons
Fin prêt pour le National Normand

La Manche sera présente en force à Neufchâtel en Bray. Parmi les élevages sélectionnés, le GAEC des Poissons, situé non loin de Valognes, à Urville-Bocage.

© EC

Peut-être un léger stress en entrant sur le ring du prochain National Normand, se déroulant à Neufchâtel en Bray les 7, 8 et 9 juin prochain, mais François Lefauconnier et son frère Jean sont déjà des vieux routiers des concours. “Nos parents en faisaient, nous avons pris la suite, nous sommes des passionnés d’élevage” souligne François. Dans la ferme d’Urville-Bocage, non loin de Valognes, on cultive la génétique Normande avec soin depuis 1989. « En nous installant le cheptel était 50 % PH ; nous l’avons totalement normandisé en vendant les Prim’Holstein en lait”.

96 ha de SAU
Pour les aficionados de la Normande, le GAEC des Poissons n’est pas un inconnu. Paris notamment et trois seconds prix de section. “Avec “Impériale”, une fille de “Bunuelo”, nous étions à chaque fois en tête en conformation, mais la synthèse nous a déclassés”. Le GAEC a aussi fait des étincelles au Festival de l’Élevage de Lessay, notamment avec un prix d’honneur “vaches taries” en 2011. François Lefauconnier avoue être plus attiré par l’élevage que par les tracteurs. “Avec mon frère, nous sommes en productions laitière, céréales (une partie en autoconsommation) et taurillons sur une SAU de 96 ha, dont 27 de maïs, 4 de prairies temporaires, le reste en prairies permanentes dont une vingtaine d’hectares en zone de marais. On arrive à faire du foin lorsque les conditions le permettent”.
Pourquoi avoir opté pour la Normande voici 24 ans ? “Pour la valorisation de son lait payé plus cher et une plus-value sur la viande. Nous livrons aux Maîtres Laitiers du Cotentin. La moyenne d’étable du cheptel se situe à 8 500 litres en standard à 37,5 de TP et 42,5 en TB”. Les 70 VL passent deux fois par jour dans la salle de traite 2 x 5 à décrochage automatique. “Un soin particulier est apporté à la traite au niveau de l’hygiène. Nous avons toujours été en Super A”. Côté stabulation, la simplicité règne avec une aire paillée. “Peut-être un projet de logettes d’ici peu, mais cela reste à l’étude”.

Deux laitières sélectionnées
Pas de bons animaux, en Normande, comme dans toutes les races, sans une stratégie d’accouplement affinée. “Les taux d’abord, puis les mamelles, les aplombs et la conformation”. Côté ration, le GAEC des Poissons ne sort pas des grands classiques, “maïs, Tanor mix, 30 % soja tanné, colza ainsi qu’un aliment de production  pendant l’hiver”. Ici, comme dans toute la Normandie, l’herbe est attendue avec impatience. “Les animaux sortent de début avril à novembre… lorsque les conditions météorologiques le permettent ; le chargement est à 1,9 UGB/ha”. Le Contrôle Laitier, devenu aujourd’hui Littoral Normand, passe régulièrement sur l’exploitation. “Cela permet de nous situer et de trier les vaches”. Pas question de forcer la nature, “l’âge au premier vêlage est 29/30 mois ; l’IVV se situe à 390 jours”. Les veaux femelles sont gardés pour le renouvellement du troupeau ; les mâles partent pour la plupart en veaux gras, une quinzaine en taurillons et quelques-uns prolongent leur carrière en bœufs. A noter que le GAEC a stoppé l’ensilage d’herbe, “pas facile à stocker”.
Dans la stabulation, deux laitières font l’objet d’attentions particulières. “Divande” (Plafond) et “Elaisse” (Trémoussin) prendront début juin la route de la Seine-Maritime. “On y va pour le concours bien sûr mais aussi pour l’ambiance, excellente entre éleveurs manchois. Nous sommes une équipe départementale très soudée”. Jean et François Lefauconnier ne seront pas seuls. Déjà la relève pointe son nez. Antoine, 20 ans, fils de l’un des associés, rêve déjà à son installation. Cela tombe bien, c’est aussi un passionné de concours.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité