Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Florian Papin en vitesse de croisière

A sa sortie de l’Ecole supérieure d’agricultures (ESA), rien ne prédestinait Florian Papin à se tourner vers l’élevage ; l’ingénieur a suivi un parcours en productions végétales. Aujourd’hui, à la tête de l‘exploitation - avec l’appui de son père comme aide familial, il associe élevage et cultures sur 126 ha.

© DB

lll Florian Papin reçoit dans son bureau à Marcei. Il lui sert aussi d’accueil pour la vente directe.
La pièce est sobre, un bureau, des frigos, des pâtés de porc et des conserves de bœuf bourguignon.

Installation en vente directe
Après un diplôme d’ingénieur obtenu à l’Ecole supérieure d’agricultures (ESA), en productions végétales, Florian Papin reprend l’exploitation familiale. Son père vient de partir à la retraite, mais reste comme aide familial. En six ans, il double l’atelier de Charolaises. De 20 allaitantes à son arrivée, il passe à 40 vêlages par an. Dans son schéma, Florian Papin planifie 25% de renouvellement, 50% de vente de broutards et 25% de génisses sélectionnées pour la vente directe ou en génisse de viande, soit 8 à 10 bêtes par an.
En 2018, il se lance dans l’élevage porcin qui l’amène à faire 40 à 50 porcs sur paille par an, exclusivement pour la vente directe. Ils sont abattus à Pré-en-Pail et transformés par monsieur Chaillou à Saint-Mard-de-Réno (61). « Il m’assure la traçabilité de la viande pour tous les produits, ainsi qu’une bonne qualité gustative, notamment pour la charcuterie », témoigne l’éleveur. Il lui permet aussi de proposer une grande variété de produits, dont du jambon blanc, très demandé.
Les 8 à 10 génisses sont transformées par Téba. Il les commercialise en caissettes de 6 ou 12 kg sous vide. « Je respecte l’équilibre avant/arrière dans les morceaux présents dans les colis, j’en garde quelques-uns pour vendre au détail. » Pour faciliter la gestion aussi. « La vente au détail me permet de toucher plus de clients, mais cela complexifie la gestion des produits, et nécessite des créneaux de vente plus réguliers. »

Marges de progrès
Après cinq ans d’expérience, Florian Papin a trouvé sa vitesse de croisière. Il ouvre la ferme tous les 15 jours, le vendredi et le samedi, mais il est flexible en fonction des événements et de son planning. Il a ouvert pour le 15 août, mais s’offre la possibilité de décaler certaines ventes, notamment pendant les pics de travaux estivaux. Sa clientèle est fidèle, plutôt âgée et très locale, « 80% habitent les cinq kilomètres à la ronde », confirme-t-il. Il égrène tout de même jusqu’à Argentan, à douze kilomètres. « Ce qui fonctionne, c’est le bouche à oreille ». L’éleveur en a fait l’expérience après après la création d’un site internet, la distribution de flyers, etc. « Ce sont des supports de communication nécessaires, mais les clients viennent à la ferme essentiellement sur le conseil d’amis ou de voisins ». Au départ, son projet était de développer le contact dans l’exploitation et de mieux valoriser le troupeau. Son objectif est quasiment atteint. Il lui reste tout de même une marge de progression : il souhaite aller jusqu’à une bête par mois. « J’arrive à un seuil, la concurrence est de plus en plus importante et une augmentation trop forte m’obligerait à changer d’échelle et à faire des livraisons. » L’agriculteur envisage aussi de faire plus de porcs à la ferme et de livrer des magasins, tel qu’il le fait déjà Au cœur des près, à Caen. « J’ai différents projets en tête, et la recherche de nouveaux débouchés pour mes porcs en fait partie. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité