Aller au contenu principal
Font Size

Focus sur les prairies pour le GIEE Agrinitiative

Agrinitiative, un GIEE qui regroupe des agriculteurs présents sur le bocage Coutançais, travaille sur l’optimisation économique du système fourrager et son autonomie à l’échelle de l’exploitation.

Le programme n’est pas fini, il reste à étudier les prairies multi-espèces et connaître leur intérêt alimentaire et économique.
Le programme n’est pas fini, il reste à étudier les prairies multi-espèces et connaître leur intérêt alimentaire et économique.
© CNO

Pour répondre à cet objectif, plusieurs actions thématiques sont abordées et approfondies sur tous les points : l’aspect environnemental, social et bien entendu avec une priorité sur
l’économique et la rentabilité de l’exploitation dans sa globalité.
Il existe évidemment plusieurs moyens pour améliorer l’autonomie fourragère et en protéines sur l’exploitation telles que les dérobées et les intercultures courtes ou longues, l’introduction d’une culture à base de légumineuses comme les luzernières et l’exploitation des prairies…


Les prairies au cœur du système
Afin d’optimiser l’exploitation des prairies, elles ont été examinées de A à Z. Dans un premier temps, l’écosystème de la prairie est abordé pour mieux en comprendre son fonctionnement avec la mise en place d’un diagnostic prairial. Grâce à la lecture du diagnostic, un plan d’action est étudié et mis en place pour une meilleure production de la prairie. Tous les aspects agronomiques sont passés en revue, de la fertilisation au désherbage en passant par son exploitation (fauche, pâturage et surtout le pâturage tournant dynamique). Pour l’année prochaine, le programme n’est pas fini, il reste à étudier les prairies multi-espèces et connaître leur intérêt alimentaire et économique.

La valorisation des fourrages jusque dans l’auge
Afin de répondre aux agriculteurs et d’aller jusqu’au bout de la démarche du « mode système », un outil de simulation technico-économique permet de voir la rentabilité des différents fourrages conduits et récoltés sur l’exploitation jusque dans la ration. De plus, grâce à cet outil, des simulations sont possibles pour connaître les rendements qu’il faut produire en quantité, mais surtout en qualité pour que la ration soit la plus économique tout en produisant autant voire plus et de meilleure qualité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité